Les hauts dirigeants d’entreprises françaises aident le Kremlin à échapper aux sanctions et à demander la nationalité russe

Les services de renseignement ukrainiens ont déterminé que Philippe Pegorier, un ressortissant français qui dirige la branche russe d’Alstom France, a agi comme intermédiaire entre le gouvernement russe et une entreprise française pour aider la Russie à échapper aux sanctions internationales.

C’est selon salle de guildese référant à des sources dans les cercles de renseignement ukrainiens.

Pegorier coordonne également des politiciens pro-russes et des personnalités publiques en France, tout en essayant d’obtenir la citoyenneté russe, selon la publication.

Philippe Pegorier a précédemment travaillé au Ministère de l’Economie et des Finances. Il a occupé des postes de direction dans les missions commerciales et économiques des ambassades de France en Russie, en Ukraine et en Iran. Il a également été conseiller diplomatique de la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde (ancienne directrice générale du FMI), puis du ministre français du commerce extérieur.

Lire aussi : Le ministère des Finances alerte les banques étrangères pour aider la Russie à s’évader peine pas acceptable

Le 21 avril, Pegorier a été élu vice-président du Conseil de l’Association des entreprises européennes (AEB) en Russie. Il a également été signalé que Pegorier avait précédemment demandé la citoyenneté russe et avait reçu l’approbation dans le cadre de ses services au pays.

Alstom est engagé dans la production et la transmission d’électricité, ainsi que dans le développement des infrastructures ferroviaires, occupant une position de leader dans le développement de technologies innovantes et respectueuses de l’environnement. La société opère dans plus de 60 pays à travers le monde, employant environ 36 300 personnes.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.