Les députés français veulent le droit à l’avortement dans la Constitution

PARIS (AP) – Un groupe de législateurs du parti du président français Emmanuel Macron proposera une loi visant à incorporer le droit à l’avortement dans la constitution du pays, ont déclaré samedi deux législateurs dans un communiqué.

Cette décision est intervenue après que la Cour suprême des États-Unis a annulé la décision de la femme de 50 ans et a révoqué les protections constitutionnelles des femmes en matière d’avortement.

Le droit à l’avortement en France est inscrit dans une loi de 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse dans le cadre légal qui dépénalise l’avortement.

La loi constitutionnelle renforcera le droit à l’avortement pour les générations futures, a déclaré Marie-Pierre Rixain, députée et membre du parti La République en marche de Macron.

« Ce qui se passe ailleurs ne doit pas se passer en France », a déclaré Rixain.

Le projet de loi comprendrait des dispositions qui rendraient « impossible de priver une personne du droit d’interrompre volontairement une grossesse », selon le communiqué publié par deux membres de l’Assemblée nationale, l’assemblée parlementaire la plus puissante de France.

Aurore Berge, chef du groupe du parti de Macron au Parlement, a déclaré que la décision de la Cour suprême des États-Unis de révoquer le droit à l’avortement était un « énorme désastre pour les femmes du monde entier ».

« Nous devons prendre des mesures en France aujourd’hui pour ne pas renverser la loi existante demain », a déclaré Berge dans une interview à la radio publique France Inter samedi.

Le parti de Macron et son alliance centriste ont le plus de sièges à l’Assemblée nationale, bien qu’il ait perdu sa majorité lors des élections législatives de dimanche, les électeurs ayant voté pour des partis d’extrême droite et d’extrême gauche.

Les législateurs des deux côtés du spectre politique devraient contester le programme national de Macron, comme sa réforme controversée des retraites.

Dans un climat politique hautement polarisé, Berge a déclaré que les législateurs français ne devraient pas risquer les droits fondamentaux même s’ils sont inscrits dans la loi.

« Les droits des femmes sont encore un droit fragile et souvent remis en question », a déclaré Berge. Il a ajouté: « Nous ne changeons pas la constitution comme nous changeons la loi. »

Macron a exprimé sa solidarité avec les femmes aux États-Unis à la suite de la décision de la Cour suprême d’annuler une décision historique vieille de près d’un demi-siècle qui était susceptible de conduire à l’interdiction de l’avortement dans environ la moitié de l’État.

Macron a déclaré que les libertés des femmes étaient compromises par cette décision. « L’avortement est un droit fondamental pour toutes les femmes. Il doit être protégé », a écrit vendredi le président français dans un message sur Twitter.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.