Les cyclistes du Tour de France protestent contre la sécurité routière après une étape gravement endommagée

Le geste est intervenu après que plusieurs pilotes aient critiqué les organisateurs de la course pour ce qu’ils percevaient comme un itinéraire dangereux pour sprinter vers la ligne d’arrivée de l’étape 3 dans l’ouest de la Bretagne. Caleb Ewan, vainqueur de deux étapes l’an dernier, s’est retiré de la course avec une clavicule cassée à quatre endroits, et il a assommé Peter Sagan à la fin de l’étape.

Philippe Gilbert, coureur belge et coéquipier au Lotto Soudal Ewan, mots dans une vidéo que les coureurs « avaient analysé le parcours et vu que la finale était très dangereuse », ajoutant qu’ASO, l’organisateur de la course, appuyait leur demande pour apaiser la frénésie et les bousculades en arrêtant le temps des coureurs à trois kilomètres de la ligne d’arrivée. « Mais l’UCI [cycling’s governing body] le commissaire n’a pas accepté la demande, la demande a été refusée le matin au départ de la course. »

Il a qualifié la décision « d’énorme erreur de la part des personnes qui ont approuvé cet itinéraire », mais a noté que l’équipe de scouts cyclistes avait la responsabilité de ne pas s’exprimer.

L’Américain Brandon McNulty a qualifié la scène de lundi de « un peu gênante pour tout le monde – trop d’accidents – mais c’est comme ça ».

Lors de l’étape d’ouverture de samedi, il y a eu deux gros carambolages, le premier causé par les spectateurs. Marc Madiot, directeur sportif de l’équipe FDJ Groupama, a été choqué de voir des coureurs allongés sur le trottoir dans les deux cas. « Ma femme ne veut pas voir mon fils à vélo » il a dit samedi. « Nous parlons depuis des années [safety]; nous devons trouver une solution. Ce n’est plus du vélo. Un jour, quelqu’un mourra. »

Thierry Gouvenou, en charge des parcours du Tour, rappelle que les défis sont de plus en plus nombreux pour les organisateurs. « Il n’y a plus de ville moyenne sans îlots, ronds-points ou rétrécissements », a-t-il déclaré à L’Equipe (via Associated Press). « Il y a dix ans, il y avait 1 100 points dangereux sur le Tour de France. Cette année, il y en a 2 300. Si le niveau de la demande devient trop important, il n’y aura pas d’achèvement. C’est là où nous en sommes. »

Dans un communiqué, le syndicat des cyclistes a déclaré qu’il avait demandé une réunion avec l’Union cycliste internationale et les responsables de la course. « Suite à un accident lors de la troisième étape du Tour de France, les pilotes ont discuté de la manière dont ils souhaitaient procéder pour montrer leur mécontentement vis-à-vis des mesures de sécurité existantes et exiger que leurs préoccupations soient prises au sérieux. Leur frustration face à une action prévisible et évitable est immense », l’Association des Cyclistes Professionnels, reconnue par l’UCI, dit dans un communiqué. « Leur frustration face à une action prévisible et évitable est énorme. Ils veulent souligner leur respect pour leurs sponsors, leurs groupes sportifs, leurs organisateurs, leurs institutions internationales. Les fans sont très importants pour eux – et c’est pourquoi ils courront aujourd’hui. En retour, les coureurs du Tour de France demandent le même respect, le respect de leur sécurité. »

Lorsque les automobilistes entament l’étape 4, ils présentent des signes d’accident lundi. Primoz Roglic de Jumbo-Visma avait des bandages blancs sur les bras et les jambes mardi à la suite d’un autre accident, sans rapport avec le désordre de la ligne d’arrivée, avec Jack Haig de Bahreïn Victorious. Geraint Thomas de l’équipe Uneos Grenadiers s’est disloqué l’épaule dans l’accident qui a suivi mais a pu le reprendre lorsque les médecins l’ont remis à sa place.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.