Les coéquipiers de Luis Arraez discutent de ses talents de frappeur

Cette histoire est extraite du bulletin Twins Beat de Do-Hyoung Park. Pour lire la newsletter complète, Cliquez ici. Et client pour les recevoir régulièrement dans votre boîte de réception.

Qu’est-ce que Luis Arraez ne peut pas faire sur le terrain de baseball ? Le gars peut jouer au premier but, au deuxième but, au troisième but et même à quelques champs extérieurs de coin selon les besoins de son équipe, et où qu’ils le placent dans l’alignement, il frappe juste à plat.

Mercredi, Arraez est toujours le leader qualifié de la MLB en moyenne de frappe (0,362) et en pourcentage de base (0,442). En reconnaissance de ses efforts, il a terminé à la quatrième place parmi les joueurs de premier but lors du vote anticipé pour le All-Star Game, derrière Vladimir Guerrero Jr. (Blue Jays), Ty France (Mariners) et Anthony Rizzo (Yankees).

Les coéquipiers d’Arraez sentent fermement qu’il appartient à la Midsummer Classic, nous avons donc interrogé certains des lanceurs qui l’ont le plus vu en action : ses propres coéquipiers.

Comment lancez-vous à Arraez ?

Si vous le lancez dans la zone d’attaque, il est probable qu’il se retrouve quelque part sur l’herbe, comme en témoigne son énorme avance au classement des moyennes au bâton (Arraez est en tête, à 0,362, avec Paul Goldschmidt en seconde distance, à 0,399 ).

Si vous lui lancez quelque chose près de la zone d’attaque, il ne se balancera pas et ne manquera pas, comme le démontre son taux d’odeur de 8,3%, de loin le plus bas parmi les frappeurs éligibles du Major. Si vous lancez quelque chose hors de la zone, il le ramassera (et secouera la tête au fur et à mesure que le lancer progresse). Son taux de swing de 22,7% sur les courts hors zone se classe au 10e rang parmi les frappeurs AL éligibles.

Si vous le lui lancez, il se contentera de se promener. Son pourcentage de base de 0,442 mène les Majors et son ratio de 1,4 buts sur balles se classe au troisième rang du baseball, derrière José Ramírez et Steven Kwan.

Avec tout cela à l’esprit, il y avait un consensus clair parmi les lanceurs des Twins que j’ai interrogés au club-house lorsque je leur ai demandé comment ils allaient lancer à Arraez : Il suffit de lever la main et d’espérer le meilleur.

Chris Archer: « Je vais simplement lancer la balle en plein milieu et le laisser sortir ou continuer et passer à la batte suivante, car il va travailler dur tout le temps, alors vous allez juste en lancer six dans huit. Alors tu ferais mieux de le laisser faire ce qu’il veut faire tôt.

Griffon Jax: « Lancez une balle rapide au milieu, laissez-le frapper vers la gauche, laissez-le aller à la base. Laissez-le en prendre une et passer à la suivante. »

Dylan Bundy: « Trois balles rapides en plein milieu. … Moitié extérieure, gonflez-le avec un peu de chaleur et laissez-le frapper sa base, allez au premier et continuez. »

Tyler Duffey: « Lancez-le avec une balle rapide au milieu et terminez. Vous essayez de le faire sortir, il ne touchera qu’à bout portant. Il peut parfois se balancer et rater, mais il est plus que probable qu’il soit juste un ravageur. Il suffit de lui lancer quelque chose qu’il Je vais toucher le sol et j’espère que quelqu’un est là. »

Emilio Païen: « Il va le frapper, n’est-ce pas ? Donc ça ne sert à rien d’essayer de le faire swinguer et de rater. … Je ne sais pas vraiment s’il y a un bon moyen de le faire sortir régulièrement à ce stade.

Ceux qui côtoient les Twins depuis un certain temps savent comment le jeu d’Arraez continue d’évoluer pour lui permettre de tirer plus souvent certains de ces lancers et de le pousser pour les circuits, comme il l’a fait les deux derniers homestands – une fois pour le grand chelem de Shane Baz. , et une fois pour une première explosion de Gerrit Cole.

Jax: « Maintenant, il montre aussi des dégâts de puissance. Vous ne pouvez donc pas vous fier à un single doux quelque part. Il pourrait en mettre un par-dessus la clôture. Il ne peut pas être amusant à gérer. »

Bundy: « Restez à l’extérieur, car il peut prendre des circuits. Même au centre de la gauche, il frappe des balles assez loin. »

Duffey: « Cette année, il a montré des signes d’activation de quelque chose, et s’il va continuer à ajouter cette couche à son jeu, c’est un gars assez dur pour mener le jeu. »

Je demande également… y a-t-il quelqu’un d’autre dans le jeu moderne, qui est devenu si axé sur le pouvoir avec peu d’accent sur le contact, qui nécessite une telle planification de jeu ou une telle attitude en tant que lanceur ?

Duffey: « Il y en avait pas mal. Nicky Lopez a eu des moments où il était assez difficile à balancer et à passer. [Nick] Madrigal, je pense, en fait partie. Régulièrement, [Arraez] fait ce qu’il avait fait, il avait fait depuis qu’il avait été convoqué. C’était exactement la même chose depuis qu’il est arrivé ici. C’est quelque chose qu’on ne peut pas enseigner. »

Bundy: « David Flecher. [Steven] Kwan. Des gens qui ont de bons yeux. Malchanceux. Juste un bon frappeur. Il n’y a plus beaucoup de gens comme ça dans la ligue. J’ai toujours dit que si vous mettez neuf Luis dans l’alignement, les meilleurs lanceurs du jeu auront du mal à sortir des deuxième, troisième manches. »

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.