Les candidats français se partagent les détenteurs de portefeuilles numériques dans le futur gouvernement – ​​EURACTIV.com

Alors que les élections françaises devraient voir un remaniement gouvernemental et une restructuration du portefeuille ministériel, EURACTIV France a demandé aux principaux candidats comment les problèmes numériques entreraient dans leur gouvernement s’ils étaient élus.

Le candidat à l’élection du 10 avril n’est pas sur la même page quant à la manière dont le portefeuille numérique sera repris de l’actuel secrétaire d’État au numérique Cédric O, qui a clairement fait savoir qu’il souhaitait revenir dans le secteur privé.

Le gouvernement français est composé de différentes catégories de ministres. Cela comprend les ministres à part entière qui peuvent recevoir le titre honorifique de «ministre d’État» pour signaler la volonté politique et les sous-ministres et secrétaires d’État qui sont responsables d’une région particulière. Ils fonctionnent généralement sous la tutelle et avec les moyens du ministre de tutelle.

Malgré leurs similitudes, le secrétaire d’État perçoit un salaire brut de 9 623 € mensuels, soit moins de 10 135 € du salaire brut du ministre. Les secrétaires d’État n’assistent également au Conseil des ministres que lorsque l’ordre du jour concerne leurs portefeuilles.

Problèmes transversaux

Mais pour la candidate socialiste Anne Hidalgo et la candidate d’extrême droite Valérie Pécresse, le temps d’un secrétariat « simple » pour les questions transversales comme le numérique est révolu.

« Notre administration connaît actuellement un manque de coordination en matière de gestion numérique. Nous allons donc créer un ministère du numérique autonome et fort, indépendant du ministère de la cohésion territoriale. Par sa nature transversale, il permettra une action interministérielle coordonnée », indique le manifeste numérique d’Hidalgo.

« Ce qui est sûr, c’est que ça ne peut pas être la secrétariat d’Etat rattachée à Bercy. [the prime minister’s office]ce qui en fera un sous-sujet de l’économie », a déclaré Nelly Garnier, conseillère régionale de la région Île-de-France et spécialiste des questions numériques pour la campagne Pécresse.

« C’est une question de souveraineté et une question de souveraineté. Il est donc logique qu’il s’agisse d’un ministère à part entière rattaché au Premier ministre », a-t-il déclaré à EURACTIV.

Le candidat à la présidentielle française prend position sur la santé numérique

Les porte-parole santé des candidats à la présidentielle Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Valérie Pécresse et le futur candidat Emmanuel Macron ont présenté leur programme pour l’élection d’avril sur le numérique santé lors d’un événement jeudi 24 février.

Status Quo

Mais selon le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon de La France Insoumise, rendre service complet au poste n’est pas important.

Jill-Maud Royer, responsable du volet numérique de la campagne des candidats rebelles, a déclaré à EURACTIV que Mélenchon souhaitait réduire le nombre de ministères dans l’ensemble.

L’actuel secrétaire O a noté que « je pense que l’écosystème exagère la question institutionnelle. Si j’étais ministre, je ne suis pas sûr que je pourrais faire plus que ce qui a déjà été fait », ajoutant que Macron lui-même était devenu le « premier ministre du numérique » en raison de son engagement sur ce dossier.

O espère que son successeur pourra maintenir des liens étroits avec le département de l’économie et des finances du ministère – qu’il soit ou non entre les mains d’un ministère entièrement numérique qu’il reconnaît comme un « intérêt symbolique ».

« Si j’avais un souhait, ce serait de faire en sorte qu’il y ait un grand ministère de l’économie et de la technologie qui ait tout le pouvoir sur ces éléments et qui ait le pouvoir du gouvernement de Bercy », a-t-il dit.

« Il n’y a pas que les écosystèmes numériques qui se demandent », a rappelé le député Eric Bothorel de La République en marche (LREM) Macron à EURACTIV, citant l’exemple des agriculteurs, partagés entre les ministères de l’agriculture et de l’environnement.

Peu importe où aboutit le portefeuille numérique, « cela dépend principalement de l’homme ou de la femme », a déclaré Bothorel, ajoutant qu’il n’y a pas de recette magique pour s’en tenir à « l’extrême transversalité numérique ».

Dans le même temps, le directeur de campagne numérique du candidat de droite Eric Zemmour a déclaré que le problème n’était pas résolu.

La candidate d’extrême droite Marine Le Pen, le candidat écologiste Eric Jadot et leurs conseillers respectifs n’ont pas répondu aux sollicitations d’EURACTIV.

[Edited by Luca Bertuzzi/Alice Taylor]

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.