Les Britanniques reçoivent toujours des critiques élogieuses en Europe, malgré le Brexit | Lettre

J’ai été époustouflée par l’article de Zoe Williams sur les voyages en Europe (En tant que Britannique post-Brexit à l’étranger, je voulais porter un badge qui disait : « Ne me regarde pas, je n’ai pas voté pour ça ! », 15 Août). En mai et juin, ma femme, notre chien et moi avons voyagé dans notre camping-car pendant huit semaines à travers la France, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche et la Slovénie. Je m’attends à voir des sourires surprises, voire des sourires narquois, lorsque nous nous aventurons à parler aux habitants. Étonnamment, une telle réaction ne s’est pas produite. Presque tout le monde était poli et joyeux envers nous.

Les Allemands et les Slovènes semblent heureux de nous avoir dans leur pays. Huit semaines passent sans presque aucune mention du Brexit, sauf lorsque nous nous excusons. Le moment le plus embarrassant est lorsque vous discutez avec un partenaire américain. La conversation s’est plutôt bien déroulée, nous appliquant une ironie typiquement britannique à nos réponses. La conversation s’est toutefois enlisée lorsque Donald Trump a été évoqué. Donc, globalement, le Brexit est moins gênant que le trumpisme.
Centre commercial Jones
Cardiff

Croyez-le ou non, il y a des Britanniques qui sont toujours chez eux en Europe et qui parlent assez bien les langues européennes, dont beaucoup ont des résidences secondaires à l’étranger. Il se trouve que je suis l’un d’entre eux, avec une maison en Italie et un petit-fils bilingue en France. Je ne suis pas sûr de la précision de la représentation de la honte parmi les touristes restants. Mais ceux d’entre nous qui sont fermement opposés au Brexit doivent le dire haut et fort à chaque occasion. J’ai reçu un sourire de la police des frontières française pour leur avoir dit que j’aurais aimé être dans une autre ligne.

Bien sûr, Zoe Williams avait raison sur le moral bas des joueurs restants. Le parti travailliste a beaucoup à répondre de son énorme abandon à l’inévitable possibilité d’un Brexit. Je l’ai vécu pendant le référendum lui-même. Après avoir travaillé pour le parti travailliste à Thanet South, dans le Kent, contre deux types d’Ukip – le candidat Nigel Farage et le candidat conservateur – j’ai ensuite déménagé à Deal et proposé mes services au parti constituant de Douvres pour faire campagne pour rester. Personne n’a appelé jusqu’au lendemain du vote, quand on m’a dit que ça ne servirait à rien. Depuis, j’ai déménagé en Écosse et j’ai choisi SNP.
Michel Hollington
Kilmarnock, East Ayrshire

Je sympathise avec Zoe Williams, mais imaginez être un citoyen britannique qui vit dans l’UE depuis des décennies. J’ai déménagé en Finlande en 1999 avec ma femme finlandaise. Après le référendum, j’ai dû expliquer à mes amis finlandais perplexes que j’étais tout aussi perplexe qu’eux. Ensuite, nous avons des mois pour examiner les demandes de l’UE selon lesquelles les citoyens britanniques doivent être respectés, alors que toute la presse britannique semble intéressée par les citoyens de l’UE au Royaume-Uni. Puis s’inquiète d’un Brexit sans accord. Vais-je passer du travail légal à l’interdiction de travailler ? Ma résidence sera-t-elle annulée en quelques secondes ? Si la Finlande n’adopte pas une loi nationale d’urgence, ces deux choses deviendront une réalité. Le Brexit a donné à beaucoup d’entre nous trois ans et demi de pression infernale.
Place Parson
Vantaa, Finlande

Zoe Williams a bien saisi le sentiment d’aliénation que le Brexit a généré. Je suis britannique et j’habite à Barcelone depuis 15 ans. Initialement, la réaction au Brexit en Espagne était soit de la tristesse, soit de l’irritation, soit les deux. Beaucoup d’Espagnols ont l’impression que les Britanniques sont obsédés par la différence et sont issus d’un complexe de supériorité. Je m’identifie au désir de Zoe de s’excuser pour le Brexit. La plupart, sinon la totalité, des Britanniques que je connais ici ressentent exactement la même chose.
Jean Wright
Barcelone, Espagne

J’ai été surprise de voir Zoe Williams écrire que, pendant ses vacances en France, elle « voulait porter un badge qui disait : ‘Ne me regarde pas, je n’ai pas choisi ça’. » Je ne sais pas pourquoi il se sent si désolé. Après tout, il se trouve dans un pays où plus de 13 millions de personnes ont voté pour un candidat fasciste lors de l’élection présidentielle de cette année.
Docteur Harry Harmer
Shrewsbury, Shropshire

Vous avez une opinion sur ce que vous avez lu dans le Guardian aujourd’hui ? S’il vous plaît e-mail nous votre lettre et elle sera considérée pour publication.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.