Les baisses de production nucléaire en France font grimper les prix de l’électricité en Europe

Les prix de l’électricité ont grimpé en flèche en Europe après que la France, le plus grand producteur de la région, a abaissé son objectif de production nucléaire pour la deuxième fois en un mois, dernier signe que la crise énergétique hivernale est loin d’être terminée.

La production nucléaire d’Electricité de France SA pourrait chuter cette année à des niveaux jamais vus depuis 1990, et il existe un « fort potentiel » de réduction de la production pour 2023, selon Morgan Stanley.

Le manque d’électricité en France a obligé à l’importer, entraînant une réduction de l’approvisionnement dans les pays voisins qui en dépendaient, selon l’agence Bloomberg.

Le géant nucléaire français est aux prises avec plusieurs arrêts de réacteurs qui nuiront aux bénéfices.

Le grand nombre récent de pannes d’électricité a exacerbé la crise énergétique en Europe alors que la Russie achemine moins de gaz naturel vers le continent et que les tensions en Ukraine s’intensifient.

Il a déclaré à Electricité de France SA que la production nucléaire devrait tomber à 295 et 315 TWh d’ici 2022, en baisse par rapport aux estimations précédentes de 300 et 330 TWh, respectivement.

La dernière fois que la production nucléaire de l’entreprise est tombée en dessous de 300 TWh, c’était il y a plus de trois décennies.

Morgan Stanley a déclaré dans un rapport que de nouvelles réductions de production l’année prochaine sont possibles lorsque l’EDF publiera ses résultats plus tard ce mois-ci.

Il en coûterait 2,1 milliards d’euros (2,4 milliards de dollars), soit 8% de la valeur marchande de l’entreprise, pour racheter 15 térawattheures d’énergie aux prix actuels, a déclaré Ahmed Farman, analyste chez Jefferies Group.

L’action EDF a chuté de 4,5 % à Paris.

« Nous pensons que cette annonce nuit au sentiment sur les actions et pourrait inciter les investisseurs à attendre plus longtemps avant de changer de marque », ont déclaré les analystes de Morgan Stanley dans un rapport.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.