Les autorités françaises ferment une mosquée dans le sud du pays pour des sermons antisémites

Le gouvernement français a annoncé aujourd’hui qu’il avait « fermé » une mosquée dans la ville méridionale de Cannes accusée de tenir des « sermons antisémites », portant à trois le nombre de mosquées fermées ces derniers mois dans un pays qui a toujours traqué le discours islamique puisque. attentat de 2015.

Et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a confirmé à la télévision CNews que 70 des plus de 2 500 mosquées françaises étaient des « extrémistes ». Il a souligné : « Nous l’avons fermé parce que nous l’avons critiqué pour ses prêches antisémites et son soutien au groupe anti-islamophobie en France et à l’association islamique Barakat Siti ».

Et le ministère de l’Intérieur a indiqué fin décembre que 21 de ces lieux de culte sont « actuellement fermés pour non-respect d’exigences administratives, sur décision de justice, cession de baux, emploi ou fermeture administrative ». Cinq de ces mosquées font « l’objet d’une enquête » en vue de leur éventuelle fermeture, dont celle de Cannes, selon l’agence Reuters.

L’association islamique « Cité de Barakat » avait suscité une large polémique en France avant sa dissolution, après que son fondateur eut tweeté des liens vers le magazine satirique « Charlie Hebdo », « la laïcité » et le « droit au blasphème » selon la loi française.

Et en décembre dernier, le gouvernement français a annoncé qu’il avait entamé la fermeture administrative de la Grande Mosquée de la ville septentrionale de Beauvais, qui pourrait durer jusqu’à six mois, jugeant ses sermons extrémistes et inacceptables. À l’époque, le ministre de l’Intérieur Darmanan a déclaré que la Grande Mosquée de Beauvais « combattait les chrétiens, les homosexuels et les juifs ».

Ces dernières années, après le massacre du journal satirique « Charlie Hebdo », et le massacre d’un enseignant dans une école par un islamiste radical, la France a fermé plusieurs mosquées du pays, en plus d’associations caritatives et d’institutions islamiques. Les dernières semaines de 2020 ont vu la fermeture de 9 mosquées, selon le ministre de l’Intérieur lui-même.

Le gouvernement français a approuvé des « lois anti-séparatistes », dont le nom officiel est « lois renforçant les principes de la République française », dans ses efforts de lutte contre l’extrémisme. Bien que la loi, qui a suscité une large controverse l’année dernière, ne mentionne pas les termes « islamiste » ou « islamiste », le gouvernement a travaillé sur la loi pour lutter contre les « discours de haine » et freiner le financement étranger des groupes religieux.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.