Les assistants fiscaux français chassent la peur alors que les ennemis de l’ordre « néolibéral thatchérien » remportent des postes parlementaires clés

Le nouveau président de la puissante commission parlementaire française des finances est un ancien trotskyste qui croit en la destruction de l’ordre « néolibéral Thatcher ».



L'élection d'Eric Coquerel est le dernier signe de l'influence croissante des partis radicaux en France - Julien de Rosa/AFP via Getty Images


© Julien de Rosa/AFP via Getty Images
L’élection d’Eric Coquerel est le dernier signe de l’influence croissante des partis radicaux en France – Julien de Rosa/AFP via Getty Images

Les rivaux craignent qu’Eric Coquerel puisse utiliser le poste pour exposer les détails fiscaux des riches citoyens français et de l’élite des affaires du pays à des fins politiques. Le député de 63 ans est l’un des membres les plus anciens L’ailier gauche Jean-Luc MélenchonFrench Unbowed, ou LFI, parti.

Son élection est le dernier signe de la montée en puissance des partis radicaux après l’alliance centriste conjointe avec Emmanuel Macron perdre le contrôle du parlement aux élections de ce mois-ci.

mercredi, Marine Le PenLe Rassemblement national de la droite dure a gagné deux vice-présidents d’assemblée.

Le vote de la commission des finances est surveillé de près car elle dispose de larges pouvoirs, y compris la surveillance du budget de la France et la capacité d’ordonner des contrôles impromptus sur les ministères pour voir comment l’État dépense l’argent public.

Son président peut également avoir accès aux déclarations fiscales confidentielles des entreprises ou des particuliers. Bien que cela n’ait pas pu être rendu public, les rivaux de M. Coquerel ont revendiqué avant le vote le risque qu’un radical de gauche soit tenté de violer ces règles à des fins politiques.

Eric Woerth, le président sortant de la commission des finances des conservateurs, qui a récemment rejoint le camp de Macron, a déclaré que le rôle du président était de « contrôler l’action du gouvernement et les politiques publiques, et non d’interférer ». [tax] tel ou tel document individuel, familial ou professionnel ». Après le vote, il a exprimé « des doutes sur France Insoumise concernant cela ».

Gilles Carrez, son prédécesseur d’extrême droite, a déclaré : « La crainte, c’est que parce que LFI a toujours été politique et a un contenu idéologique tellement fort qu’il peut être tentant d’organiser des fuites.

« Le secret de la fiscalité, c’est de la dynamite, et il faut être très responsable. C’est un élément fondamental dans une démocratie. Jeter les détails fiscaux des particuliers ou des entreprises aux chiens est le début du totalitarisme.

Il est également passible d’un an de prison et de 15 000 € d’amende.

M. Coquerel a insisté sur le fait qu’il n’avait aucune intention d’ordonner une « chasse aux sorcières individuelle » et a déclaré: « Je manifeste une réelle opposition au système et cela finit par » il n’y a pas d’alternative «  », a-t-il déclaré. « Nous défendons des programmes qui violent le néolibéralisme mais nous savons le faire dans un cadre démocratique. »

Il a déclaré que « nous ne l’utiliserons pas pour cibler des opposants politiques », mais a ajouté que s’il pouvait utiliser sa position pour traquer l’évasion fiscale des grandes entreprises, « je n’hésiterais pas à le faire ».

Le Comité a également le pouvoir d’annuler tout projet d’amendement à la loi s’il le juge inutilement lourd pour les finances publiques.

Le résultat a été un revers pour le Rassemblement national, qui a fait valoir qu’il méritait un siège en tant que plus grand groupe d’opposition avec 89 sièges. Cependant, alors que LFI compte moins de députés avec 75, il fait partie d’une alliance Gauche-Verts plus large appelée Nupes qui offre 151 sièges au total.

Le RN espère utiliser le poste pour renforcer ses références en tant que parti crédible et apte à gouverner. Jean-Philippe Tanguy, le candidat perdant, a déclaré que l’élection de son rival n’était « pas seulement illégitime en termes de règles, c’est de la piraterie et une grave menace pour la stabilité économique du pays ».

Monsieur Macron impossibilité de former une majorité parlementaire complique ses plans de réforme et l’a contraint à rechercher des alliances avec des législateurs d’autres partis pour unifier la majorité, ce qui Elisabeth Borne, son Premier ministre assiégé, n’a jusqu’à présent pas réussi à obtenir. Il exposera ses plans dans un discours au parlement mercredi prochain.

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite de la page d’accueil : votre guide essentiel de l’agenda d’aujourd’hui du Telegraph – directement dans votre boîte de réception sept jours sur sept.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.