Les actions de la Société française d’électricité chutent de 12% suite à la suspension d’un réacteur nucléaire

Les actions de la compagnie d’électricité française EDF ont chuté après que la société a déclaré avoir découvert un défaut dans une canalisation de l’une de ses centrales nucléaires, qui a entraîné l’arrêt de quatre réacteurs.

Des problèmes avec le réacteur de l’usine Sevo de l’entreprise, dans la province française de Vienne, ont été révélés lors d’un contrôle de maintenance effectué tous les 10 ans.

Les dégâts ont été signalés à l’Autorité de sûreté nucléaire française, qui a arrêté 4 réacteurs nucléaires, dont deux à la centrale de Sevo, et deux à la centrale nucléaire de Chuse, à la frontière belge, qui utilisent la même technologie de réacteur nucléaire.

Qu’est-il arrivé à la compagnie d’électricité française ?

La compagnie d’électricité française EDF arrêtera son réacteur Chuse-2 à 23 heures jeudi et Chuse-1 à la même heure samedi.

Après cela, les deux unités devraient cesser de fonctionner jusqu’au 23 janvier, a indiqué la société sur son site Internet.

Deux unités de la station Sevo sont hors service pour cause de maintenance depuis le début de l’automne.

La suspension du deuxième réacteur, qui devait redémarrer la semaine prochaine, a été prolongée de plus de 3 mois, jusqu’au 31 mars, et la suspension du réacteur Sevo-1 a été prolongée de deux mois supplémentaires, jusqu’au 30 avril.

Logo de la Société Française d’Electricité – archives

Effet de l’arrêt du réacteur sur les actions de la Société française d’électricité

Les actions d’EDF étaient en baisse de 12% à 12h19 GMT (03h20 heure de la Mecque), après que le géant français de l’électricité a découvert une panne dans une centrale nucléaire.

Une autre usine utilisant le même type de réacteur a fermé, l’incitant à réduire ses bénéfices pour l’année.

La compagnie d’électricité française a déclaré que l’arrêt du réacteur entraînerait une perte d’environ 1 térawattheure d’ici la fin de 2021.

Il a ajouté qu’il avait révisé son estimation d’EBITDA à une fourchette de 17,5 milliards d’euros (19,8 milliards de dollars) à 18 milliards d’euros (20,4 milliards de dollars) par rapport à son objectif précédent de 17,7 milliards d’euros.

(1 EUR = 1,4 USD)

Le revers survient alors que la France envisage de construire une grande centrale nucléaire, contrairement à l’Allemagne voisine, qui s’est retirée de l’énergie nucléaire après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011.

JPMorgan a déclaré que l’impact devrait se poursuivre au cours de l’année à venir et que les services publics français pourraient devoir dépenser environ 2 à 3 milliards d’euros (2,3 à 3,4 milliards de dollars) en 2022 pour racheter de l’électricité afin de couvrir les pannes des réacteurs nucléaires, au moment où Les prix de l’énergie ont atteint des niveaux record, ce qui a prolongé la baisse des actions de la compagnie française d’électricité EDF au cours de la séance d’aujourd’hui.

Rubriques connexes.

A lire aussi..

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir les actualités énergétiques les plus importantes.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.