L’ère de la communication américano-chinoise touche-t-elle à sa fin ?

Publié dans: Dernière mise à jour:

Parmi les sujets couverts par les journaux arabes du mardi 29 mars 2022, figuraient l’avenir des relations américano-chinoises, l’impact de la guerre d’Ukraine sur les pays du Moyen-Orient et l’avenir de la situation politique et sécuritaire au Yémen.

Quel avenir pour les relations américano-chinoises à la lumière de la guerre en Ukraine ?

Ali Qassem a écrit dans le journal Al-Arab que faire face à la montée en puissance de la Chine est l’un des principaux objectifs de l’Amérique dans les décennies à venir, et le débat politique dans les cercles décisionnels ne porte pas sur la confrontation et la victoire sur la Chine, mais sur la meilleure façon d’y parvenir. . ce.

L’auteur estime que l’entrée de la Russie en Ukraine n’était pas seulement une aventure militaire d’un homme qui rêvait de former un empire. Il s’agit plutôt d’une lutte géopolitique et économique majeure dans laquelle l’idéologie n’a pas sa place, initiée par les États-Unis. Il a ajouté que la Chine avait clairement exprimé son ambition de devenir le leader mondial de la robotique et de la technologie de l’intelligence artificielle. C’est un domaine qui constitue l’épine dorsale de la suprématie militaire américaine qui ne dépend plus d’un grand nombre de troupes, mais de systèmes d’armes technologiquement avancés.

Egypte et Ukraine…Défis économiques, pressions sociales et activités diplomatiques

Amr Hamzawy a écrit dans le journal Al-Quds Al-Arabi que la guerre de la Russie en Ukraine confronte le gouvernement égyptien à des défis directs liés à la sécurité alimentaire, aux finances, à la stabilité économique et sociale du pays à un moment difficile où les institutions et agences officielles s’efforcent de limiter les dommages dus à la guerre, qui a également amputé le secteur du tourisme, et de chercher des solutions aux problèmes radicaux de la pauvreté et de la sécurité sociale qui pèsent sur les décideurs de la Présidence de la République et du Conseil des ministres.

L’auteur estime que l’Égypte s’est entendue avec la Russie sur les dossiers libyen et syrien, mais la restauration des relations égypto-russes et le développement des relations n’ont pas éloigné l’Égypte de son alliance stratégique avec les États-Unis et de sa coopération économique, commerciale et sécuritaire. et avec l’Union européenne.

Les candidats à la présidentielle française et la crise ukrainienne

Muhammad Ali al-Saqqaf a écrit dans le journal Asharq al-Awsat que la France occupe actuellement la présidence du Conseil de l’Europe, et Macron a bénéficié de la combinaison des deux casquettes, président de la France et président du Conseil de l’Europe, ce qui contribue à le mettre en valeur. et toutes ses déclarations et appels, appels répétés avec le président Poutine ainsi qu’avec Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine pour servir de médiateur à la solution de la crise ukrainienne.

L’auteur estime que les candidats à l’élection présidentielle française sont divisés sur la crise et la guerre ukrainiennes.Alors que Marine Le Pen sur les questions d’immigration s’opposait à l’arrivée de réfugiés syriens en 2015, il a vu dans le cas de l’Ukraine qu’il était « naturel » de les accepter comme Européens en France, et avec cela sa position est donc cohérente avec un sondage montrant que 79% des Français sont d’accord pour l’accepter.

Le Yémen est le tombeau de l’initiative

Zakaria Al-Kamali a écrit dans le journal Al-Araby Al-Jadeed que la crise au Yémen ne manque pas de solutions jusqu’à ce que les Houthis cherchent à créer des initiatives à court terme qui peuvent être développées comme leurs drones, mais plutôt à partir d’initiatives et de visions qui abondent . qui n’ont pas trouvé de moyen de mise en œuvre, du premier envoyé de l’ONU Jamal bin Omar au quatrième envoyé Hans Grundberg.

Toutes les initiatives présentées à Genève, au Koweït, à Sanaa, à Riyad et à Mascate, y compris celles proposées par l’Arabie saoudite il y a un an, n’ont pas été traitées dans un esprit de responsabilité, et enterrées les unes après les autres, commentent les auteurs,

L’auteur estime que les principaux partis de guerre ne sont pas autorisés à afficher des initiatives de paix qui cherchent à les utiliser politiquement pour échapper à leurs adversaires et réaliser ce que la guerre ne parvient pas à réaliser. Son rôle se limite à ne pas interférer avec les mouvements internationaux et à accepter un cessez-le-feu.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.