L’épidémie de monkeypox peut être stoppée en Europe, selon l’OMS alors que les cas diminuent

Commentaire

Le ralentissement des cas de monkeypox a renforcé la confiance que l’épidémie peut être éradiquée en Europe, ont déclaré mardi des responsables de l’Organisation mondiale de la santé.

Malgré l’approvisionnement limité en vaccins, de nombreux pays européens – dont la France, l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni – ont connu une baisse soutenue des nouvelles infections de semaine en semaine. Certaines régions des États-Unis ont également signalé un ralentissement.

Les responsables sont «très optimistes» quant à la chute du cas de monkeypox

« Nous pensons pouvoir éliminer la transmission interhumaine continue du monkeypox dans la région », a déclaré mardi Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, lors d’une conférence de presse en ligne. « Pour avancer vers l’élimination dans notre région, nous devons intensifier nos efforts de toute urgence. »

Kluge cite l’exemple du Portugal, où les efforts du gouvernement pour sensibiliser les gens ont encouragé les gens « à prendre des précautions et à changer leur comportement, ce qui se traduit par de meilleurs résultats pour la santé et aide à freiner l’épidémie ».

L’Europe, qui a confirmé plus de 22 000 cas de monkeypox (plus d’un tiers du décompte mondial), a jusqu’à présent autorisé un vaccin contre le monkeypox, un vaccin contre la variole fabriqué par la société danoise Bavarian Nordic et commercialisé en Europe sous le nom d’Imvanex, mais en quantité limitée. . autour du monde.

Les régulateurs britanniques, européens et américains ont autorisé la vaccination intradermique, qui utilise un cinquième de la dose de vaccins traditionnels en injectant le vaccin sous la première couche de peau, multipliant ainsi par cinq les stocks existants. Dans certains pays européens, la vaccination donne la priorité aux travailleurs du sexe LGBT qui sont considérés comme particulièrement à risque.

Le monkeypox a fait son apparition en Europe début mai après la notification de cas dans plusieurs pays africains. L’OMS a déclaré l’épidémie une urgence de santé publique 10 semaines plus tard.

Que faut-il savoir sur les symptômes, le traitement et la protection du monkeypox ?

Le récent ralentissement des cas européens pourrait être dû à une détection et à un isolement plus précoces, a déclaré Catherine Smallwood, responsable des incidents de monkeypox au bureau européen de l’OMS.

« Nous avons de très bonnes preuves anecdotiques que les gens – en particulier les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui appartiennent à certains groupes à risque – en savent beaucoup plus sur la maladie », a déclaré Smallwood lors d’un briefing.

« Nous devons nous appuyer sur cela … et nous sommes très confiants que si nous continuons à le faire, nous serons en mesure de soutenir ce déclin », a-t-il déclaré.

Il y a des premiers signes que le taux de nouvelles infections ralentit également dans certaines des grandes villes américaines touchées par l’épidémie, notamment New York, Chicago et San Francisco.

Les États-Unis ont enregistré une moyenne quotidienne de 337 nouveaux cas la semaine dernière, en baisse d’environ 25% par rapport aux deux semaines précédentes, selon la moyenne mobile sur sept jours du Washington Post, bien que les responsables aient mis en garde contre un excès d’optimisme.

« Le taux d’augmentation est plus faible, mais nous constatons toujours des augmentations, et nous sommes certainement un pays très diversifié et les choses ne se passent même pas à travers le pays », a déclaré Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, dit aux journalistes. Vendredi.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.