Le syndicat algérien annule toutes les thèses préjudiciables

La veille, le ministre des Moudjahidines et des Droits de l’Homme, Eid Rabika, a animé un colloque historique et scientifique au Musée national des moudjahid, commémorant le deuxième anniversaire de la fondation du Syndicat national algérien et de la nationalisation des hydrocarbures. et des plans destructeurs visant à empêcher les travailleurs de soutenir la révolution.

Le ministre Rabiqa a déclaré, lors d’une réunion à laquelle ont participé de nombreuses organisations nationales et des représentants d’organismes officiels, que le renforcement du travail syndical est l’un des objectifs du programme du président de la République, qui vise à améliorer les conditions économiques et à approfondir la démocratie en renforçant les syndicats. travailler à traduire les espoirs de ceux qui se sont consacrés à la patrie, en insistant sur la nécessité de prêter attention à l’histoire nationale car c’est un devoir sacré.

Le ministre a souligné que les syndicats ont joué tout leur rôle grâce à leur sacrifice et leur réponse immédiate à l’appel de la nation, tout en s’engageant dans un effort national pour dissiper les mensonges destructeurs de la France, que les travailleurs algériens ne soutiendront pas la révolution et ne paralyser le secteur primaire le plus important dans lequel ils travaillent, en particulier le secteur Les ports, la santé, etc., et ils n’auraient pas attaqué et paralysé les institutions françaises à cette époque.

L’ancien moudjahid et militant syndical, Abdel Majid Azzi, a précisé les étapes de préparation de la formation du Syndicat général algérien, qui a abouti à sa fondation le 24 février 1956, dirigée par le martyr et combattant syndical Issat Idir, dans laquelle un grand nombre de personnes ont été impliquées de divers pays.les membres ont rejoint en peu de temps, Il a ajouté qu’immédiatement après la formation de la centrale syndicale, le processus de recrutement a été mené à grande échelle pour inclure son réseau, qui était limité à Alger seulement, à Blida, Boufarik, Sétif, Constantine, ainsi qu’à Annaba et Oran.

Mujahid Azzi, qui a présenté des exemples de ses trois livres, a démontré sa contribution efficace à l’internationalisation de la cause de l’Algérie juste dans les enceintes internationales, à la condamnation des massacres perpétrés par les colonialistes français contre les Algériens sans défense, ainsi qu’à l’introduction des nobles objectifs de la révolution de libération surtout représentée dans la restauration de la souveraineté nationale.

Quant au Dr. Mohamed Kaddour, de l’Université de Tipasa, il a mentionné dans son intervention que l’objectif affiché derrière la formation du syndicat était l’internationalisation de la question syndicale algérienne et le recrutement effectif de tous les travailleurs dans le monde pour soutenir la cause de la lutte des les travailleurs algériens. En Tunisie, au Maroc et en France, il a gagné le soutien des travailleurs du monde entier. pour la lutte des travailleurs et du peuple d’Algérie,

Grâce à cette union, le Front de libération nationale a pu diffamer les crimes du colonialisme français en Algérie lors de forums internationaux et de réunions ouvrières, et ainsi travailler à gagner l’opinion publique internationale en faveur des objectifs algériens, il est utile que le rôle de la classe ouvrière Les Algériens de la diaspora ont émergé surtout en France, parce que les travailleurs algériens avaient apporté une contribution efficace et significative au soutien de la révolution à travers les contributions financières qu’ils versaient aux branches du Front de libération nationale dans différentes villes françaises pour la révolution.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.