Le sous-accord AUKUS pourrait faire sombrer les relations avec la France et favoriser l’avancée de la technologie nucléaire

Alors qu’une Amérique épuisée et divisée en son sein proclame son retour et ses promesses nouvelle ère leadership diplomatique, ses partenaires mondiaux ont droit au scepticisme. La première année de l’ère Biden a vu un retrait infructueux d’Afghanistan, jetant le doute sur l’évaluation de la politique étrangère du président. Tant que le président en disgrâce Donald J. Trump reste le Parti républicain à l’avant-garde du moment Pour l’année 2024, le monde ne peut s’attendre à ce que la loyauté et la compétence émergent d’une opposition loyale. Pour l’instant, au moins, c’est au président Biden d’assurer le leadership, de corriger la direction d’un manque de fiabilité et de contenir la montée de la Chine avant qu’un groupe d’autocrates enthousiastes de Moscou à Kaboul et de Téhéran à Pyongyang ne remplace l’avance américaine. ordre mondial. Le travail récent de Biden pour transformer l’Australie en un rempart indo-pacifique contre la Chine a cependant offensé de manière alarmante un allié critique – la France – et révélé de graves faux pas au sein du gouvernement américain.

Les accords récemment annoncés avec le Royaume-Uni et l’Australie ont été qualifiés Aukous, et il a fallu la création d’une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire à Adélaïde pour remplacer la force australienne existante. La capacité de construire et de lancer les sous-marins les plus avancés du monde directement depuis l’Australie est un puissant contrepoids à une éventuelle agression chinoise en mer de Chine méridionale et au-delà.

Quant aux implications de l’énergie nucléaire et des armes nationales, on ne s’attend pas à ce que la politique change en Australie, où tous les programmes nucléaires sont interdits. Tel qu’énoncé par Le Premier ministre australien Scott Morrison :

« Il ne s’agit pas de créer un environnement juridique pour l’établissement d’une capacité nucléaire civile en Australie… il s’agit de propulsion [of the submarines]. Il ne s’agit pas d’acquérir des armes nucléaires. L’Australie n’est pas intéressée par cela. Il n’y a aucun plan pour cela, aucune politique pour cela, aucune réflexion à ce sujet. Ce n’est pas à notre ordre du jour.

« Et nous continuerons à remplir toutes nos obligations en vertu du Traité de non-prolifération des armes nucléaires, tout comme nos partenaires dans cet exercice. »

La réticence de l’Australie à poursuivre de nouvelles formes de production d’énergie nucléaire malgré l’accès à cette nouvelle technologie est regrettable. Petit réacteur modulaire (SMR) utilisés pour propulser ces sous-marins à la pointe de la technologie offrent un certain nombre d’avantages dans un monde à la recherche de solutions d’alimentation sans carbone. En raison de sa taille – à peu près la taille d’une camionnette – le SMR peut être construit plus rapidement et moins cher que les réacteurs à fission nucléaire traditionnels (centrales nucléaires). Comme son grand frère, SMR utilise la fission nucléaire pour produire de l’électricité sans carbone, bien qu’à une échelle beaucoup plus petite – généralement dans la gamme de 50 mégawatts à 400 mégawatts en comparaison. Ce n’est bien sûr qu’une fraction de la production de 1 gigawatt d’une centrale nucléaire normale capable d’électrifier une ville entière. Idéalement, Aukus conduirait à une plus grande recherche et développement de la technologie prometteuse SMR parmi les pays signataires, mais pour l’instant, il semble que les États-Unis et le Royaume-Uni mèneront cela.

Ce qui est remarquable, c’est que les trois pays impliqués dans l’accord font partie des membres de Five Eyes, une alliance de renseignement qui comprend également Canada et Nouvelle-Zélande. Avec la montée des tensions et la montée du sentiment anti-chinois, il reste à voir si les deux pays peuvent éviter de s’impliquer.

En surface, les sous-marins semblent logiques. S’ils sont équipés de missiles balistiques lancés par des sous-marins à armement nucléaire (SLBM), ils représentent un potentiel de puissance de feu maximal à un coût minimal. Pour cette raison, les Chinois ont prévenu course aux armements dans le Pacifique et a dénoncé le pacte comme un coup porté à la non-prolifération, mais Pékin a fait monter les tensions avec diplomatie du guerrier loupviolations des droits de l’homme dans Hong Konget l’affrontement se termine frontière terrestre et maritime avec l’Inde, Taiwan, le Japon et ailleurs. Aukus pourrait servir de base à d’autres traités militaires, tout comme les Five Eyes pourraient former le noyau d’un croissance accord de partage de renseignements. Indien, Japonaiset Singapour ont exprimé leur soutien, et Biden pourrait essayer de déclarer les bases posées pour les contrôles de la sensibilisation de la Chine.

Alors pourquoi, la critique ? En grande partie, c’est la perception française de la double croix. Coïncidant avec l’annonce d’Aukus, le retrait de l’Australie avec Contrat de 66 milliards de dollars avec la France pour remplacer sa flotte sous-marine vieillissante par une douzaine de sous-marins diesel-électriques modernes, le Premier ministre Morrison notant que la France était incapable de répondre aux besoins de l’Australie dans un environnement géopolitique en mutation.

Le gouvernement français, qui aurait dû en être informé quelques heures avant le public, a réagi avec rappelez-vous l’ambassadeur et accuser les États-Unis et l’Australie mensonge pour eux. Ayant poursuivi une normalisation et un renouveau des relations européennes, Biden ne peut pas gravement offenser les alliés de l’Amérique ou tenir leur soutien pour acquis, sans parler de la France, le plus ancien allié européen de l’Amérique. Paris, dont la région indo-pacifique de la Nouvelle-Calédonie abrite près de 300 000 citoyens — a discuté efforts conjugués promouvoir la stabilité avec l’Inde. L’opposition française, de gauche comme de droite, même déjà appelé à fuir commandement militaire de l’OTAN, comme Le général de Gaulle l’a fait en 1966. Dans son travail appel à venir avec le président Emmanuel Macron, le président Biden pourrait essayer de minimiser les dommages causés pour assurer une coopération fructueuse en Europe et en Asie à l’avenir.

Hors de France, la Chine a poursuivi sa diplomatie agressive, cherchant à impliquer davantage son voisin dans son orbite économique. Le Partenariat transpacifique, négocié sous le président Barak Obama, était censé présenter une alliance économique unifiée suffisamment forte pour forcer Pékin à jouer le jeu. Les attaques de droite et de gauche pendant la campagne présidentielle de 2016 ont fait dérailler ce projet, les signataires après la sortie des États-Unis rédigeant l’Accord global et progressiste pour le Partenariat transpacifique (CPTPP). Jeudi dernier, la Chine officiellement appliqué pour adhérer à l’accord. La réception est loin d’être garantimais le courage d’agir de la Chine montre sa confiance et son désir d’élargir son orbite économique.

L’équipe de politique étrangère de Biden doit s’efforcer de rétablir la confiance en l’Amérique et de contrer le fardeau économique et la puissance militaire croissants de Pékin alors qu’elle explore un contrepoids militaire plus conventionnel. Cette conviction commence par une économie forte chez nous, un gouvernement plus unifié et la solidarité avec nos alliés à l’étranger. Cela inclut également la diplomatie agile qui maintient notre plus vieil allié à nos côtés.

Avec l’aide de Danny Tomares

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.