Le secrétaire d’État critique les États-Unis et l’E3 pour une résolution hâtive et politiquement motivée à l’AIEA – Actualités politiques

S’exprimant lors d’un appel téléphonique avec le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, samedi soir, le haut diplomate a critiqué les États-Unis et leurs alliés européens, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, pour avoir déposé une résolution anti-iranienne lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA.

Amirabdollahian a déclaré que cette décision était « précipitée et politiquement motivée ».

Guterres, pour sa part, a déclaré que le contenu de la résolution de l’AIEA n’était rien de plus qu’une recommandation, soulignant la nécessité de poursuivre les pourparlers de Vienne sur la levée des sanctions imposées à l’Iran.

Au cours de l’appel téléphonique, les deux parties ont également discuté des négociations dans la capitale autrichienne sur une relance de l’accord iranien de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA).

Adoptée mercredi, la résolution de l’AIEA a été votée par 30 voix pour, 2 contre et 3 abstentions.

Suite à la décision de l’AIEA, le haut responsable nucléaire iranien a déclaré que le pays avait commencé à injecter de l’uranium gazeux dans des centrifugeuses avancées et à couper certaines des caméras de l’agence nucléaire de l’ONU qui surveillent ses sites en dehors du Traité de garanties.

« Nous avons arrêté le fonctionnement d’un certain nombre de caméras d’agence qui fonctionnent en dehors des garanties (accord), et demain nous arrêterons les opérations des autres, qui sont au nombre de 17 à 18 au total », a déclaré Mohammad Eslami à la chaîne de télévision nationale jeudi soir. .

Le président iranien Ebrahim Raisi a également réagi à la résolution, affirmant que la République islamique ne reculerait pas du tout sur sa position.

Raeisi a fait ces remarques jeudi, ajoutant : « Combien de fois avez-vous voulu tester la nation iranienne et ne pas écouter les paroles des responsables de l’État ? Pensez-vous que nous reculerons après que (vous) ayez adopté une résolution ? »

« L’Iran ne reculera pas par rapport à sa position », a déclaré le président iranien, ajoutant : « Nous n’arrêterons pas et nous ne lierons pas les développements industriels, agricoles et touristiques du pays aux froncements de sourcils et aux sourires de l’ennemi ».

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.