Le roi des galets Clarke a organisé la cinquième étape du Tour de France avec un lancer de vélo

RIYADH : Samedi, Ons Jabeur se tenait au court central de Wimbledon et, les larmes aux yeux, a souhaité aux gens du monde entier un joyeux Aïd.

Partout dans le monde arabe, et au-delà, il y a un chagrin collectif. C’est presque une semaine après la défaite finale de Wimbledon Ladies contre Elena Rybakina, et ces cœurs commencent peut-être à guérir.

Et le Ministre du Bonheur a retrouvé le sourire.

Mercredi, il a reçu un accueil en héros à son retour en Tunisie, et un jour plus tard, il a reçu l’Ordre du Mérite des mains du président du pays Kais Saied.

Professionnellement, le numéro deux mondial, bien qu’il soit le premier Arabe et Africain à atteindre une finale de Grand Chelem, portera sans doute la défaite un peu plus longtemps.

Avec le temps, cependant, lui – et ses fans – reviendront sur ces deux semaines dans le sud-ouest de Londres comme une réalisation monumentale et exaltante.

Il vaut toujours mieux se garder des hyperboles, mais force est de constater que le héros tunisien est l’un des plus grands athlètes arabes de tous les temps, sinon le plus grand.

Alors que quelques privilégiés peuvent revendiquer le titre, ce que Jabeur a fait dans son sport au cours des deux dernières années est sans doute inégalé par tout autre Arabe, homme ou femme, peut-être à l’exception du footballeur égyptien Mohamed Salah.

Bien sûr, dans les sports individuels, peu peuvent égaler ses exploits.

Bien sûr, il existe certaines des réalisations arabes les plus élevées, bien que rares, au niveau olympique et international.

Qui pourrait oublier l’équipe marocaine de Nawal Al-Moutawakel pour remporter le premier 400 mètres haies féminin aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, suivi de son sacre en larmes sur le podium ?

Ou son compatriote Saïd Aouita le légendaire 800 mètres et 5 000 mètres remportés dans le même match il y a 38 ans ?

Un autre Marocain, Khalid Skah, a remporté une impressionnante médaille d’or au 10 000 mètres aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, tandis que l’Algérien Noureddine Morceli a remporté l’or au 1 500 mètres aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996, ainsi que trois titres mondiaux à distance. Il détient également les records du monde du 1 500 et du 3 000 mètres.

Mais alors que les autres athlètes nord-africains ont culminé aux célèbres Jeux olympiques et étaient considérés comme des légendes dans leur propre pays et dans le monde arabe, ils semblent appartenir à une époque révolue. Ni l’un ni l’autre n’ont la reconnaissance globale du nom que Jabeur apprécie maintenant.

Les médailles au cours des années 2000 étaient rares pour les athlètes arabes, une mise en accusation d’un système qui, avec le financement et le soutien appropriés, pouvait produire des champions, mais qui était beaucoup trop prévisible et malheureusement pas, que ce soit politique, culturel ou économique. raison.

Lors des Jeux olympiques japonais de 2020 reportés l’année dernière, les athlètes arabes ont récolté 18 médailles. Impressionnant simplement parce qu’il s’agissait d’un record de prises, battant le précédent record de seulement huit aux Jeux olympiques de 2004 à Athènes.

Il y a des performances exceptionnelles; Hedaya Malak, d’Égypte, a remporté l’or en taekwondo féminin, tandis que Tarek Hamdi, d’Arabie saoudite, s’est vu refuser impitoyablement la sensationnelle médaille d’or en karaté masculin en raison de sa disqualification en finale. Son argent était encore suffisant pour le voir rentrer à la maison en héros.

Et il y a le compatriote de Jabeur, Ahmed Hafnaoui, le talentueux jeune de 18 ans qui a choqué le monde en remportant l’or au 400 m nage libre.

Mais même avec les meilleurs vœux du monde, de telles réalisations extraordinaires n’ont pas élevé ce jeune champion à la renommée mondiale. Au moins pas encore.

Jabeur, quant à lui, est aujourd’hui l’un des personnages les plus célèbres de la planète.

Mais leur image, leur popularité et leur bonne volonté sont-elles suffisantes pour en faire le meilleur athlète arabe de tous les temps ?

Bien sûr que non. Mais ses résultats au tribunal ont fait de lui un concurrent.

Ironiquement, après avoir perdu dans la prestigieuse finale, ce que Jabeur a fait a été de normaliser la victoire d’un joueur de tennis arabe, un athlète arabe. La normalisation est devenue l’une des meilleures dans son domaine, les footballeurs Salah et Riyad Mahrez devenant l’un des plus grands au monde dans leur domaine.

Ce qui distingue Jabeur, c’est qu’il domine l’un des sports individuels les plus populaires au monde. Et à quand remonte la dernière fois que l’on a pu parler d’un athlète arabe ?

Jabeur est entrée dans l’histoire en tant que première Tunisienne, Arabe ou Africaine à remporter le titre de l’Association féminine de tennis 1000 lorsqu’elle a remporté l’Open de Madrid en mai, son deuxième titre WTA.

Sa dévastation claire et totale après avoir perdu en finale de Wimbledon montre à quel point Jabeur est venu et à quelle vitesse nos attentes, et les siennes, ont augmenté en si peu de temps. Il croit que c’est son « titre », et c’est la mentalité qu’il faut pour être un champion.

Pendant trop longtemps, cette partie du monde, à quelques exceptions près, s’est contentée de participer.

Le premier homme à y participer, la première femme à y participer, la première aux Jeux olympiques, etc. Mais alors que nous célébrons ce jalon important mais finalement simple, le monde entier se précipite vers l’excellence.

Le moment est venu de concourir, et de gagner, au plus haut niveau et à cet égard, Jabeur non seulement change la ligne, mais il l’efface également.

Pour les sportifs arabes, la simple participation ne doit pas se limiter à leur ambition. Et pour cela, nous remercions la Ministre du Bonheur.

Éloise Leandres

"Explorateur hardcore. Fanatique de la musique hipster. Érudit du café maléfique. Fervent défenseur de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.