Le rival de Macron pour la présidence française s’oppose aux sanctions contre le gaz russe

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle française, rivale du président français Emmanuel Macron, a déclaré qu’il soutenait les sanctions contre la Russie, sauf pour l’approvisionnement en pétrole et en gaz, selon la BBC.

Il affrontera le politicien d’extrême droite Emmanuel Macron dans la course à la présidence lors du second tour des élections, après avoir obtenu son plus grand nombre de résultats au premier tour par rapport aux fois précédentes où il s’était présenté.

« Je soutiens pleinement toutes les autres sanctions, mais je ne veux pas que les Français subissent les conséquences des sanctions pétrolières et gazières », a déclaré Le Pen dans un communiqué. une déclaration. entretien avec la radio France Inter.

La France, comme de nombreux autres pays européens, importe une grande partie de son gaz naturel par gazoduc depuis la Russie et l’utilise pour l’approvisionnement énergétique résidentiel et commercial.

Les sondages suggèrent que la bataille finale entre Macron et Le Pen pourrait avoir des marges très minces, les attentes montrant que les chances de victoire de Macron ne sont que de 51 % contre 49 % pour Le Pen.

Selon la BBC, le président français Emmanuel Macron est sous pression au sujet de son projet de réforme des retraites, notamment le relèvement de l’âge de la retraite à 65 ans.

Après la solide performance électorale de Le Pen lundi, Macron a déclaré qu’il était possible de modifier son calendrier proposé, que Le Pen a décrit comme une promesse vide d’essayer de gagner les électeurs de gauche.

Il reste encore près de deux semaines à la campagne présidentielle, avec le deuxième et dernier tour des élections prévu le 24 avril.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.