Le Qatar modernise sa défense contre les drones avant la Coupe du monde de football

Le Qatar accueillera la Coupe du monde de football 2022 en novembre et décembre, le premier pays arabe à le faire. Il prévoit d’accueillir quelque 1,5 million de supporters, soit près de 50% de la population du pays, ce qui sera un défi logistique et sécuritaire. La coordination de la sécurité d’autres pays est un élément important de l’organisation de l’événement, d’autant plus que la région du Golfe et le Moyen-Orient élargi ont connu de nombreuses attaques de drones au cours de l’année écoulée, ainsi que la menace habituelle du terrorisme.

Doha s’emploie à moderniser ses infrastructures de défense tout en doublant les accords de partenariat pour une assistance supplémentaire. C’est l’occasion non seulement de consolider les liens de sécurité avec des alliés proches, mais aussi de construire de nouvelles alliances. Pour la sécurité de la Coupe du monde, le Qatar a mis en place une force opérationnelle conjointe spéciale composée des forces de sécurité italiennes, françaises, britanniques, américaines et turques.

La menace imminente : les minuscules drones

Le plus grand risque est les attaques de petits drones volant à basse altitude au-dessus des huit stades où se joueront les matchs. La technologie des drones devient de plus en plus accessible et armée avec succès par plusieurs acteurs non étatiques, y compris des groupes terroristes. Les mesures traditionnelles de lutte contre les drones n’ont pas été conçues pour contrecarrer les systèmes aériens sans pilote commerciaux moins chers, et l’emplacement des stades publics bondés est une autre complication.

En 2015, des kamikazes ont tenté d’accéder au Stade de France à Paris mais ont échoué. Mais les drones peuvent voler ou se déplacer au-dessus des stades tout en étant guidés à plusieurs kilomètres de distance. De plus, depuis juillet 2018, une centaine de frappes de drones ont été lancées contre des aéroports commerciaux et des installations militaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le Qatar borde l’Arabie saoudite et est proche du Yémen et de l’Iran, qui ont tous été mis au défi par les récentes frappes de drones.

Contribution du contre-drone à la task force

Pour contrer les attaques avant qu’elles ne surviennent, le Qatar sollicite l’aide des États-Unis, de la France et de l’Italie. Fabricant américain Fortem Technologies accepter de donner son système aérien sans pilote, le DroneHunter F700. DroneHunter tire un filet pour piéger de petites cibles, puis les transporte vers un endroit plus sûr. Pour contrer le plus gros drone, il tire un filet plus grand relié à une drogue ou à un parachute, forçant la cible à atterrir lentement et laissant suffisamment de temps pour évacuer en dessous. Compagnie rapport que le système a capturé plus de 4 500 drones et peut fonctionner à la fois seul et en essaim. L’autre soutien américain sera axé sur sécurité portuaire et des capacités de dépistage, de lutte contre le terrorisme et de gestion des risques.

Outre la mise à disposition de conseillers de la police et de l’armée, la France répandre le bassalte système anti-drone, qui détecte les drones en approche. Bien qu’il ait déjà été utilisé dans d’autres événements internationaux en France, ce sera la première fois qu’il sera utilisé au Moyen-Orient. De plus, Paris déploiera temporairement l’un des avions du système aéroporté d’alerte et de contrôle E-3F, qui utilise un réseau radar capable de suivre plus de 600 cibles.

Un autre partenaire contre les drones est l’Italie, qui a approfondi sa coopération avec le Qatar. L’armée de l’air italienne a déployé un Groupe de travail anti-drone aérien sans pilote pour soutenir davantage la défense des forces armées qataries contre les mini et micro drones. Il fera également don du brouilleur portable ACUS, précédemment utilisé dans des exercices militaires conjoints en 2021 au Qatar. Les forces armées italiennes seront stationnées dans le pays pendant la Coupe du monde.

Aide supplémentaire

L’Angleterre défendra l’espace aérien du Qatar pendant la Coupe du monde avec déployer l’Eurofighter Typhoon guerrier. L’avion fera partie d’une force d’alerte de réaction rapide avec du personnel de l’armée de l’air qatarie formée au Royaume-Uni.

Et pour la première fois, L’OTAN apportera son soutien aux pays non membres de l’OTAN. L’alliance de défense a déclaré que le personnel tchèque et slovaque formerait les forces de sécurité qataries aux menaces chimiques, biologiques et nucléaires. Plus tôt cette année, le Qatar a obtenu le statut d’allié majeur non-OTAN des États-Unis, ce qui offre plusieurs avantages de collaboration en matière de sécurité qui ne sont normalement pas disponibles pour les pays non-OTAN.

La Turquie va envoyer un total de 3 250 forces de sécurité au Qatar, y compris la police anti-émeute, les forces spéciales et les détecteurs de bombes et de chiens. Il fournira également du personnel anti-chimique, biologique et nucléaire.

Le virage du Qatar sur la scène mondiale n’apporte pas seulement d’importants fondements socioculturels. Tous les efforts de sécurité conjoints renforceront l’interopérabilité et partageront les meilleures pratiques entre les forces armées qataries et les pays participants.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.