Le putschiste du Burkina Faso a prêté serment en tant que président | nouvelles politiques

Paul-Henri Damiba, le commandant militaire du Burkina Faso, a prêté serment en tant que président mercredi, quelques semaines après avoir mené le coup d’État qui a renversé le gouvernement, s’engageant à lutter contre l’insécurité qui a contribué à renverser son prédécesseur.

Damiba a dirigé le conseil militaire après le renversement du président Roc Kabore le 24 janvier, et l’armée a attribué sa décision à l’incapacité de Kaboré à répondre aux attaques armées qui ont tué des milliers de personnes et forcé plus d’un million de personnes à quitter leurs maisons en Afrique de l’Ouest. pays.

Le lieutenant-colonel Damiba, qui était peu connu à l’échelle nationale avant d’apparaître à la télévision d’État le mois dernier pour annoncer le coup d’État, a ouvert son discours par une minute de silence pour les civils et les militaires morts dans la lutte contre les militants.

« Pour vaincre l’ennemi, nous devons nous lever et nous convaincre que nous, en tant que nation, avons plus qu’il n’en faut pour gagner cette guerre », a déclaré Damiba, qui est apparu en uniforme militaire.

Il a ajouté qu’il réorganiserait les forces armées pour renforcer les liens entre les services de renseignement et les opérations sur le terrain et assouplir le soutien logistique, tout en s’engageant à lutter contre la corruption.

Damiba n’a pas mentionné combien de temps il resterait au pouvoir ? Mais il s’est engagé à travailler avec le bloc régional, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour organiser à nouveau des élections démocratiques.

Fin janvier, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et l’Union africaine ont demandé à la junte de présenter un calendrier « logique » pour un retour à l’ordre constitutionnel et pour la libération du président déchu Kaboré, qui restait mercredi sous la tutelle du conseil. arrêté dans une villa de Ouagadougou.

Le serment de Damiba est intervenu quelques heures avant que la France et ses alliés européens n’annoncent leur décision de se retirer du Mali voisin en raison des messages hostiles diffusés par la junte militaire au pouvoir à Bamako, qui a également pris le pouvoir après le coup d’État.

Le lieutenant-colonel Damiba n’a pas précisé sa position sur la présence militaire française et européenne au Sahel, mais depuis sa prise de pouvoir, les forces françaises Barkhane ont pu mener des opérations anti-combat au Burkina Faso.

Damiba a reconfiguré les mécanismes de lutte contre le terrorisme et s’est récemment rendu dans la partie nord du pays, qui est attaquée.

Le coup d’État militaire au Burkina Faso fait suite à des mouvements similaires au Mali, en Guinée et au Tchad depuis 2020, faisant craindre une fièvre de coup d’État parmi les dirigeants de la région.

Le mois dernier, la CEDEAO a suspendu le Burkina Faso de son pouvoir exécutif à la suite du coup d’État, mais n’a pas imposé de sanctions. soi imposée au Mali et à la Guinée.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.