Le programme rwandais ne résoudra pas les traversées de la Manche, avertissent les députés

Les législateurs ont affirmé que les efforts du gouvernement pour « trouver une solution miracle » pour mettre fin aux traversées de la Manche échoueraient.

Dans un rapport publié aujourd’hui, la commission des affaires intérieures de la Chambre des communes a constaté que l’accord d’asile avec le Rwanda n’a jusqu’à présent montré aucune preuve d’obstacle. Il appelle le gouvernement à améliorer le système d’asile qui continue de lutter contre l’arriéré de dossiers malgré la légère croissance des demandes globales.

La traversée par de petites embarcations continue d’augmenter. 28,5 000 personnes sont arrivées au Royaume-Uni en 2021 et 14 000 sont arrivées jusqu’à présent en 2022, le total devant être de 60 000 d’ici la fin de l’année. Le voyage de 20 milles traverse les voies de navigation les plus fréquentées et les plus dangereuses du monde sur un petit navire couramment utilisé. Au moins 166 personnes sont mortes ou ont disparu lors de tentatives de traversée, dont 27 en une journée.

Le rapport constate que les efforts du gouvernement pour trouver une solution unique et peu coûteuse pour sceller ces voies d’entrée sont irréalistes et ne réussiront pas. Il affirme que la menace de vols vers le Rwanda sans possibilité de retour au Royaume-Uni n’a jusqu’à présent pas réussi à empêcher les gens de faire le voyage extrêmement périlleux à travers la Manche. Selon le rapport, leurs motivations et leur compréhension de ce qui se passera à leur arrivée au Royaume-Uni sont également mal comprises et insuffisantes pour éclairer une bonne politique.


Supérieur

La bureaucratie politique constitue une menace de fusillade au Pays de Galles


Supérieur

Logo BASC

L’échec du permis d’armes à feu entrave le secteur du tir

Les députés ont affirmé qu’un programme de dissuasion efficace devait empêcher les petits bateaux de quitter la France, écrivant que les personnes ayant des demandes d’asile valables n’auraient pas à risquer leur vie pour se rendre au Royaume-Uni. Alors que des programmes individuels ont été mis en place en réponse à la crise internationale en faveur de la réinstallation au Royaume-Uni, la plupart des demandes d’asile doivent être faites à l’arrivée au Royaume-Uni.

Le rapport écrit également que des « voies sûres et légales » doivent être établies pour soutenir ceux qui demandent l’asile à entrer au Royaume-Uni. Le gouvernement devrait également envisager de mettre en place un centre britannique de traitement des demandes d’asile en France, avec l’approbation du gouvernement français, afin que les demandes puissent y être évaluées.

Les députés disent qu’un système « équitable et efficace » doit être entièrement financé et que la Grande-Bretagne doit travailler en étroite collaboration avec des partenaires européens pour assurer son succès.

Le rapport indique également que le gouvernement devrait divulguer les coûts détaillés de son partenariat pour la migration et le développement économique avec le Rwanda, y compris les coûts de réinstallation – si une partie de la raison est qu’il réduirait les coûts actuels de 1,5 milliard de livres sterling.

En publiant le rapport, la présidente du comité, Dame Diana Johnson, a déclaré: «Le fait de ne pas garantir que des itinéraires sûrs sont disponibles pour tous ceux qui auront une demande d’asile valide ne laisse aux gens d’autre choix que de recourir à des mesures drastiques pour arriver ici.

« Malgré les nombreux coups d’épée que les gens doivent avoir pour demander l’asile dans le premier pays sûr où ils arrivent, les gouvernements ont fait des progrès lents dans la conclusion d’accords avec des partenaires internationaux pour faciliter les retours. Sa politique de précaution consistant à envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda semble être passée inaperçue auprès de ceux qui tentent de traverser le détroit. »

Clare Moseley, fondatrice de Care4Calais – une organisation caritative qui fournit une assistance aux demandeurs d’asile en Belgique et en France – a salué le rapport, déclarant : « Le programme actuel du Rwanda ne sert qu’à punir ceux qui recherchent la sécurité et ne réussira pas à empêcher le trafic de personnes. Nous avons constaté à maintes reprises que les politiques fondées sur la prévention ne donnent aucun résultat.

« Nous saluons également la recommandation selon laquelle une solution consiste à travailler de manière sûre et légale. Cependant, si nous comprenons que la commission a envisagé la possibilité de créer un centre de traitement des demandeurs d’asile en France, nous pensons qu’il est peu probable que la France soit d’accord.

« Nous pensons qu’une meilleure alternative pour arrêter le trafic de personnes est de délivrer des visas de voyage spéciaux à d’autres réfugiés de la même manière que les réfugiés ukrainiens. À leur arrivée au Royaume-Uni, ces réfugiés peuvent alors demander l’asile.

Politics.co.uk a contacté plusieurs autres organisations pour commentaires.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.