Le président sénégalais limoge le ministre de la Santé après l’incendie meurtrier d’un hôpital

Publié le:

Le président sénégalais Macky Sall a limogé jeudi son ministre de la Santé alors que son pays pleurait la mort de 11 nouveau-nés dans l’incendie d’un hôpital qui aurait été causé par un court-circuit électrique.

La tragédie de mercredi soir dans la ville de Tivaouane, dans l’ouest du pays, n’est que la dernière d’une série de décès à l’hôpital qui ont révélé la faiblesse du système de santé du pays.

Sall avait précédemment annoncé la tragédie sur Twitter et déclaré trois jours de deuil national.

« Je viens d’apprendre avec douleur et anxiété la mort de 11 nouveau-nés dans un incendie dans le service de néonatologie d’un hôpital public », écrit-il.

« À leurs mères et à leurs familles, j’offre mes plus sincères condoléances. »

Devant l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh de Tivaouane, une ville de 40 000 habitants, une mère désespérée appelle son fils.

« Où est Mohammed ? » il pleure.

Son petit garçon a été transporté à l’hôpital il y a 10 jours et a été baptisé lundi, a déclaré le père de Mohamed, Alioune Diouf, 54 ans.

Le maire Demba Diop a déclaré que l’incendie avait été causé par un court-circuit et s’était propagé très rapidement.

Il a nié les allégations de parents à l’hôpital et sur les réseaux sociaux selon lesquelles les bébés auraient été laissés seuls, affirmant qu’une sage-femme et une infirmière étaient présentes mercredi soir.

« Il y a eu du bruit et des explosions qui ont duré trois minutes au maximum », a-t-il déclaré devant l’entrée de l’hôpital.

« Cinq minutes plus tard, les pompiers sont arrivés. Les gens utilisent des extincteurs. »

Le maire a déclaré que le climatiseur avait accéléré le feu et a ajouté que deux infirmières se sont évanouies mais ont été ramenées à la vie.

« Il n’y a pas de négligence », a déclaré Diop.

Mais la catastrophe a déclenché des appels à la démission du ministre de la Santé Abdoudaye Diouf Sarr, qui a été cité dans les médias comme blâmant également un court-circuit électrique.

La présidence a indiqué dans la soirée qu’il serait remplacé par Marie Khemesse Ngom Ndiaye, l’ancienne directrice générale de l’autorité de santé publique.

Sall rentrera tôt de l’étranger et se rendra à l’hôpital samedi, a indiqué son bureau.

« Au-delà du chagrin d’amour »

La maternité est équipée pour prendre en charge 13 bébés.

« Au moment de l’incendie, il y avait 11 infirmières qui n’ont pas pu être sauvées », a déclaré le ministre.

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a tweeté qu’il était « profondément attristé par cette nouvelle tragique.

« J’adresse mes plus sincères condoléances aux parents et aux familles des bébés qui ont perdu la vie. »

Le ministre de la Santé Sarr, qui était à Genève pour assister à une réunion avec l’OMS, a déclaré qu’une enquête était en cours.

La tragédie de Tivaouane fait suite à plusieurs autres incidents de santé publique au Sénégal, qui souffre d’énormes disparités entre les zones urbaines et rurales en matière de soins de santé.

Dans la ville de Linguère, dans le nord du pays, fin avril, un incendie s’est déclaré dans un hôpital et quatre nouveau-nés sont morts.

Le maire de la ville a cité une panne de courant dans l’unité de climatisation de la maternité.

‘C’est inacceptable’

L’accident de mercredi est survenu un mois après que le pays a pleuré la mort d’une femme enceinte qui a attendu en vain une césarienne.

La femme, Astou Sokhna, est arrivée dans un hôpital de Louga, dans le nord du pays, souffrante. Le personnel a refusé d’accéder à sa demande de césarienne, affirmant qu’elle n’était pas prévue.

Il est décédé le 1er avril, 20 heures après son arrivée.

La mort de Sokhna a provoqué une vague d’indignation dans tout le pays face à l’état désastreux du système de santé. Sarr a admis deux semaines plus tard que la mort aurait pu être évitée.

Trois sages-femmes qui ont servi la nuit de la mort de Sokhna ont été condamnées le 11 mai à six mois de prison par le tribunal de grande instance de Louga pour « non-assistance à personne en danger » dans le cadre de son affaire.

Le directeur d’Amnesty International Sénégal, Seydi Gassama, a déclaré que son organisation avait appelé à des inspections et à l’amélioration des services néonatals dans les hôpitaux du Sénégal à la suite de la mort « horrible » de quatre bébés à Linguère.

Avec la nouvelle tragédie, Amnesty « exhorte le gouvernement à établir une commission d’enquête indépendante pour déterminer les responsabilités et punir les auteurs, quel que soit leur niveau dans l’appareil d’État », a-t-il tweeté.

Le député de l’opposition Mamadou Lamine Diallo a également réagi avec colère à l’incendie de Tivaouane.

« Plus de bébés brûlent dans les hôpitaux publics… c’est inacceptable @MackySall », a-t-il tweeté.

« Nous souffrons avec les familles à qui nous présentons nos condoléances. Déjà assez. »

(AFP)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.