Le président angolais décroche un second mandat après des élections tendues

Publié le:

Le parti angolais MPLA a annoncé lundi le vainqueur d’une élection très disputée, prolongeant son règne de plusieurs décennies dans ce pays riche en pétrole et accordant un second mandat au président Joao Lourenço.

Le parti angolais MPLA a annoncé lundi le vainqueur d’une élection très disputée, prolongeant son règne de plusieurs décennies dans ce pays riche en pétrole et accordant un second mandat au président Joao Lourenço.

Il a promis d’être « président de tout l’Angola » et a ouvert le dialogue après que la commission électorale a annoncé les résultats, ce qui a laissé à l’opposition un énorme avantage.

« C’est une victoire pour l’Angola et l’Angola en général », a déclaré Lourenço, 68 ans, dans son discours inaugural peu après l’annonce des résultats du vote du 24 août.

« Ce vote est un vote de confiance, qui nous donne une grande responsabilité pour promouvoir le dialogue et la concertation sociale. »

La Commission électorale nationale (CNE) a rapporté que le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola a remporté 51,17% des voix contre 43,95% pour son principal adversaire, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA).

Malgré la victoire, le résultat – le plus serré de l’histoire de l’Angola – marque un record pour le MPLA et pourrait se retrouver devant les tribunaux après que l’UNITA ait précédemment rejeté le résultat provisoire.

Plusieurs membres de la commission électorale n’ont pas signé le décompte final, ont déclaré lundi des responsables électoraux.

Le MPLA a traditionnellement détenu le contrôle du processus électoral ainsi que des médias d’État, et l’opposition et les groupes civiques ont fait craindre une ingérence des électeurs.

Le chef de l’UNITA, Adalberto Costa Junior, 60 ans, a appelé la semaine dernière un panel international pour examiner le décompte.

Les observateurs internationaux ont soulevé certaines préoccupations, notamment des questions sur les listes électorales et les reportages biaisés de la télévision publique, mais la plupart disent que le vote a été pacifique et bien organisé.

Abattre la majorité

Le MPLA, un ancien mouvement de libération marxiste, a dirigé l’Angola pendant près d’un demi-siècle depuis l’indépendance du Portugal en 1975.

Mais il a connu une baisse constante du soutien au cours des récentes élections.

Entre-temps, il a remporté 71,84 % des voix en 2012, n’obtenant que 61 % cinq ans plus tard.

L’UNITA a obtenu 26,67% aux élections de 2017 et suit le décompte officiel.

Alex Vines, du groupe de réflexion basé au Royaume-Uni Chatham House, a déclaré que si l’UNITA est susceptible de contester le décompte cette fois également, l’ancien mouvement rebelle a des raisons d’être satisfait.

« C’est un résultat incroyable pour l’UNITA quand on pense qu’il y a 20 ans, ils ont été vaincus sur le champ de bataille », a-t-il déclaré.

« La politique doit changer en Angola maintenant. Il doit y avoir une politique de compromis », a-t-il déclaré.

Le résultat a donné au MPLA 124 des 220 sièges parlementaires à gagner tandis que l’UNITA en a remporté 90.

Le taux de participation a été faible, avec seulement environ 45% des personnes inscrites aux urnes, indiquant une désillusion croissante à l’égard de la politique, a déclaré Vines.

Les États-Unis ont appelé lundi toutes les parties « à s’exprimer pacifiquement et à résoudre toute plainte conformément à la procédure légale applicable ».

« Nous continuerons à suivre de près le processus électoral », a déclaré le département d’État dans un communiqué avant l’annonce des résultats définitifs.

Deuxième mandat

La dernière élection a été assombrie par les difficultés économiques, l’inflation, la pauvreté, la sécheresse et la mort du prédécesseur de Lourenço, José Eduardo dos Santos.

Dos Santos a été enterré dimanche à Luanda lors de funérailles solennelles.

L’opposition s’est avérée populaire dans les zones urbaines, gagnant dans la capitale Luanda et parmi les jeunes mécontents du parti au pouvoir.

L’Angola est le deuxième plus grand producteur de brut d’Afrique, mais la manne pétrolière s’est accompagnée de corruption et de népotisme.

Lourenço, ancien général formé en Union soviétique, a été élu pour la première fois en 2017.

Il est crédité de vastes réformes depuis son arrivée au pouvoir, notamment l’augmentation de la transparence financière, la lutte contre la corruption et la promotion de politiques favorables aux entreprises pour attirer les investisseurs étrangers.

Mais les critiques disent que sa croisade anti-corruption a été unilatérale et vise à régler les comptes politiques, ciblant les enfants et les copains de dos Santos.

Ses réformes économiques n’ont pas non plus jusqu’à présent réussi à améliorer les conditions de vie de la plupart des Angolais, selon les critiques.

« Avec ce vote de confiance, il est temps de poursuivre les réformes nécessaires pour faire de l’Angola un pays plus prospère et plus développé », a déclaré Lourenço, s’engageant à accorder une attention particulière « aux espoirs de la jeunesse ».

(AFP)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.