Le pouvoir d’achat des Français a augmenté sous Macron… sauf pour les pauvres

Publié dans:

Bien que le niveau de vie des Français en général ait augmenté de 1,6 % avec l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron en 2017, la classe la plus pauvre a vu son pouvoir d’achat chuter de 0,5 %, tandis que la classe la plus riche a réalisé des gains supérieurs aux gains globaux. en moyenne à un taux de 2,8 pour cent. Ces résultats, rendus publics mardi par l’Institut des politiques publiques « IPP », constituent un « état des lieux » des cinq années passées par le président Macron dans le dossier du pouvoir d’achat, qui place les électeurs français au-dessus de leurs préoccupations.

Un rapport publié mardi par l’Institut des politiques publiques « IPP », sur le pouvoir d’achat de la France sous le président Emmanuel Macron dont le mandat expire dans moins de six mois.

Le rapport montre que le pouvoir d’achat des Français en général a augmenté de 1,6 % par rapport à 2017, le revenu des ménages ayant augmenté de 397 euros à l’échelle nationale. Au total, sur cinq ans, les familles ont bénéficié de 28,1 milliards d’euros de baisses d’impôts, mais les dépenses sociales ont baissé de 4,2 milliards d’euros, comme l’assistance chômage et l’assurance logement.

Impact négatif sur les plus pauvres

Mais un groupe a été exclu de cette voie positive : des rapports montrent que la classe la plus pauvre parmi les Français, qui vit avec moins de 800 euros par mois et représente 5 % de la société, a perdu 0,5 % de son pouvoir d’achat en tant que revenu annuel est tombée. avec une moyenne de 39 euros.

Cette classe n’a pas pu bénéficier de certaines des réformes fiscales et sociales introduites par le président français, telles que les réductions d’impôts sur le revenu et l’augmentation des incitations au travail. En effet, cette catégorie a également souffert des réformes des systèmes d’assurance-chômage et d’aide au logement. Elle a également été affectée par la hausse des impôts indirects sur les prix de l’énergie et du tabac, qui a encore affaibli leur pouvoir d’achat.

Les riches sont les plus grands bénéficiaires

De plus, le rapport conclut que les plus grands gagnants des mesures prises par les gouvernements français successifs depuis 2017 sont les 1% les plus riches de la société française. Ils ont atteint le taux de gain le plus élevé, atteignant 2,8 %, une augmentation marquée au-dessus de la moyenne nationale. Si nous creusons un peu plus, nous voyons que 0,1 % du groupe le plus riche a augmenté son revenu médian d’environ 4 %.

Ils ont généralement largement bénéficié des réformes de l’impôt sur le revenu, mais un facteur qui a joué pour leur part un rôle important a été la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, transformé en impôt sur la fortune immobilière.

Le « travail » est le facteur décisif

Quant à la classe moyenne, son niveau de vie a légèrement augmenté, passant de 1,1 % à un peu plus de 2 %.

Dans ce contexte, le superviseur de ce rapport rappelle que le « travail » est un facteur déterminant d’influence sur le pouvoir d’achat. En effet, les familles actives connaissent une augmentation moyenne de leur pouvoir d’achat de 3,5 % au cours de leur mandat Macron.

Macron restera-t-il « le président des riches » ?

A noter que l’actuel président a été décrit par plusieurs journaux français depuis le début de son mandat, voire depuis sa candidature à la présidence, comme « le président des riches ». Avec la parution de ce rapport, les journaux français ont de nouveau insisté sur ce point, en se basant sur les énormes gains que les riches ont réalisés grâce aux récentes politiques gouvernementales par rapport aux autres groupes français.

Mais le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a rejeté ces commentaires, affirmant que les plus grands bénéficiaires des conditions de Macron étaient les « travailleurs français ».

Le pouvoir d’achat est la principale préoccupation Électeurs français. Elle arrive en tête des priorités de la France avec 41%, devant la sécurité des fichiers (31%) et l’immigration (27%), selon un récent sondage réalisé par la société « Elabe » pour la chaîne « BFMTV ».

Ce qui est remarquable dans ce rapport, c’est qu’il contredit une autre étude menée par le ministère de l’Économie le 4 octobre, qui a confirmé que le niveau de vie des 10 % de familles les plus pauvres a augmenté de 4 %.

Mgr Fouad

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.