Le portefeuille de la Banque mondiale en Égypte s’élève actuellement à 5,5 milliards de dollars pour financer 15 projets

Le ministère de la Coopération internationale a révélé que l’Égypte est l’un des pays qui bénéficie d’un partenariat stratégique avec le Groupe de la Banque mondiale, où le volume du portefeuille de coopération au développement en cours est de 5,5 milliards de dollars, pour financer 15 projets dans plusieurs secteurs de développement tels que les transports, l’éducation , logement, santé. , réseau de protection sociale, pétrole, logement, assainissement et développement local et environnemental.

La Société financière internationale, l’émanation du Groupe de la Banque mondiale pour le financement du secteur privé, accordera en 2021 421 millions de dollars de financement du développement au secteur privé en Égypte.

Cela s’est passé lors d’une rencontre avec le Dr. Rania Al-Mashat, ministre de la Coopération internationale et gouverneure de l’Égypte au Groupe de la Banque mondiale, avec des délégations du Groupe de la Banque mondiale et de l’Agence internationale de garantie des investissements (MIGA), qui comprenait Ayat Soliman, directrice régionale du développement durable, Marina Weiss, directeur régional pour l’Égypte, le Yémen et Djibouti, et Robert Bogoda, directeur des opérations, et Layali Abdeen, agent principal d’assurance des investissements à la Mega Agency du Groupe de la Banque mondiale, et un certain nombre de fonctionnaires de la Banque, au siège du ministère.

Cela intervient dans les réunions périodiques tenues avec les partenaires de développement multilatéraux et bilatéraux pour discuter du dossier de la coopération au développement en cours et de son développement, et des partenariats futurs, dans le cadre des directives du président Abdel Fattah Al-Sisi, pour tirer le maximum de bénéfices de la coopération au développement pour soutenir efforts déployés par les pays pour parvenir à une croissance économique globale et durable, ainsi que pour accroître la compétitivité et stimuler le rôle du secteur privé dans l’augmentation des taux de croissance, ainsi que pour renforcer les efforts du pays pour investir dans les infrastructures et les ressources humaines par le biais de l’initiative « Vie décente » .

La réunion a discuté d’un certain nombre de dossiers et d’axes importants dans le cadre conjoint entre les deux parties, y compris les progrès dans la préparation d’une stratégie de pays conjointe entre la République arabe d’Égypte et le Groupe de la Banque mondiale (CPF), la préparation du rapport sur le climat et le développement pour l’Égypte (CCDR), et discuter du travail de coopérer avec la Banque dans le cadre de l’initiative. projets dans les secteurs prioritaires, dont le logement, les transports et l’environnement.

A discuté du renforcement de la coopération avec l’Agence internationale de garantie des investissements (MIGA) pour encourager la participation du secteur privé au développement grâce à des outils de financement innovants.

La réunion a également discuté des futurs partenariats entre l’Égypte et l’Agence internationale de garantie des investissements (MIGA), qui s’occupe de faire avancer les pays du secteur privé dans le développement.

Afin de préparer l’élaboration du futur axe de partenariat stratégique entre la République Arabe d’Egypte et la Banque Mondiale, ainsi que le calendrier de préparation, le Ministre de la Coopération Internationale, Dr. Rania Al-Mashat, a souligné l’importance d’une coordination continue sur les priorités des nouveaux plans qui sont conformes à la vision du pays ainsi que le renforcement de la coopération avec le secteur privé et la société civile. , afin que la stratégie reflète les priorités et les efforts nationaux pour parvenir à un développement durable, stimuler la transition vers une économie verte et la participation privée au développement.

Il a souligné l’importance du rapport sur le climat et le développement, qui est préparé par la Banque mondiale en coordination avec les autorités égyptiennes compétentes, car il sert à surveiller les risques auxquels le développement peut être confronté en raison du changement climatique et la manière de les traiter.

Le ministre de la Coopération internationale a également évoqué l’analyse environnementale du CEA du Qatar, que la Banque souhaite développer en coordination avec le ministère de l’Environnement, et qui suit l’évolution de la vision du pays en matière de croissance verte et inclusive, à travers les trois piliers (bleu économie et économie bleue). environnement marin, économie circulaire, pollution et gestion des déchets, finance verte). .

Le ministre de la Coopération internationale a également évoqué le développement du portefeuille de coopération au développement en cours avec le Groupe de la Banque mondiale, qui dessert divers domaines prioritaires du développement du pays.Au cours de l’année 2021, un grand nombre de fonds de développement pour des projets ont été signés, pour un montant de 1,4 milliard d’euros. dollars, qui a vu l’année dernière la signature d’un financement de politique de développement de 720 millions de dollars, 360 millions de dollars de la Banque mondiale et autant de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, pour soutenir les programmes de réformes structurelles mis en œuvre par le pays, ce qui témoigne de la confiance dans l’importance des réformes menées par le gouvernement et d’améliorer la durabilité des mesures de réforme.

À cet égard, Al-Mashat a discuté de la prochaine étape prioritaire concernant la politique de financement pour le développement du secteur financier.

Il a expliqué que l’année écoulée a vu des développements en termes de nouveau partenariat avec la Banque mondiale, puisqu’un accord de financement du développement de 200 millions de dollars a été signé pour lutter contre la pollution de l’air dans le Grand Caire.

Il a également évoqué les projets en cours dans les secteurs du logement, des services publics et de l’assainissement, et la nécessité de renforcer la coopération en matière d’appui technique aux projets en cours de mise en œuvre. Il a également discuté du développement de projets de coopération au développement dans les secteurs des transports et des finances, qui sont l’un des principaux secteurs inclus dans la liste des priorités du pays.

La discussion a également porté sur l’Initiative présidentielle pour le développement rural intégré en Égypte « Vie dans la dignité », et l’importance de renforcer la coopération avec les partenaires de développement dans les domaines liés à l’appui technique et technique et l’échange d’expériences pour parvenir à l’intégration avec les efforts du gouvernement dans le cadre de la initiative.

Le ministre de la Coopération internationale a évoqué une précédente rencontre avec M. Farid Belhaj, vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, où il a réitéré la volonté de la Banque de contribuer efficacement aux initiatives du président, notant que la période à venir verra la mise en place d’une plateforme de coordination de la coopération avec la participation de nombreux partenaires au développement et parties prenantes pour s’informer sur les interventions de développement dans le cadre de l’initiative du président, une vie décente.

Le ministre de la Coopération internationale a poursuivi ses discussions avec les responsables de la Banque mondiale sur les préparatifs de l’Égypte pour accueillir la COP27 de la Conférence des Nations Unies sur le climat, en novembre prochain, et a proposé une coopération avec la Banque mondiale dans ce cadre, y compris le lancement d’initiatives visant à accroître le financement facilité pour l’action climatique, à augmenter soutien technique et échange d’expériences et de connaissances Outre l’organisation d’événements et d’activités qui favorisent l’intégration des efforts d’action climatique dans tous ses axes.

Dans un contexte connexe, le ministre de la Coopération internationale a discuté, avec des responsables de l’Agence internationale de garantie des investissements (MIGA), filiale du Groupe de la Banque mondiale, des futurs projets en Égypte, où le rôle du secteur privé dans le développement est renforcé grâce aux ressources disponibles fonds, en tenant compte des normes environnementales, sociales et de gouvernance.

Il évoque également les résultats des discussions menées par la mission de l’Agence avec des responsabilités en Égypte, qui ont débuté le 13 février, au cours desquelles elle a rencontré plusieurs ministères et autorités concernés.

Le ministre de la Coopération internationale a souligné le rôle de l’État dans l’ouverture de perspectives de participation privée dans divers aspects du développement, et la nécessité pour l’Agence multilatérale de garantie des investissements de faire davantage dans ce cadre, de manière à stimuler les financements mixtes et les financements innovants. des outils qui renforcent les partenariats entre les secteurs public et privé.

La Banque mondiale confirme la coordination et la communication en cours pour préparer une nouvelle feuille de route stratégique et renforcer la coopération conformément aux priorités du gouvernement égyptien

Les responsables de la Banque mondiale examinent les progrès des travaux sur une nouvelle stratégie de pays conjointe avec l’Égypte, les rapports sur le climat et le développement et les projets en cours.

Marina Weiss, directrice de pays pour l’Égypte, le Yémen et Djibouti à la Banque mondiale, a mis l’accent sur la coordination et la communication continues avec le ministère de la Coopération internationale et les autorités compétentes, afin de s’intégrer aux efforts de développement entrepris par les pays et de participer activement à l’Initiative pour un mode de vie décent et Conférence sur le climat des Nations Unies en Egypte plus tard cette année.

Ayat Suleiman, directeur régional du développement durable à la Banque mondiale, fait également référence aux consultations en cours entre toutes les équipes techniques de la Banque mondiale, du ministère de la Coopération internationale et d’autres parties concernées, pour coordonner les priorités et les étapes de travail, afin de assurer l’atteinte des résultats souhaités du travail en commun.

Layali Abdeen, responsable principale de la garantie des investissements de l’Agence internationale de garantie des investissements (MEGA), a déclaré que la mission de l’agence au cours de ce mois de février était de tenir plusieurs réunions avec les autorités compétentes.

Il a expliqué que la communication continue avec le monde des affaires et les entreprises du secteur privé améliore les partenariats avec les agences et favorise davantage d’opportunités auxquelles le secteur privé participe, notant les réussites remportées par l’agence à la centrale solaire de Benban et de nombreux autres projets.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.