Le patron d’Engie affirme que la France ne sera pas confrontée à une pénurie de gaz cet hiver

La France ne sera pas confrontée à une pénurie de gaz cet hiver, à moins qu’il ne s’agisse d’une urgence, bien que l’ensemble du système énergétique européen soit définitivement sous pression, a déclaré Catherine MacGregor, directrice du géant français de l’énergie Engie, à la chaîne de télévision française RTL.

PARIS (UrduPoint News/Sputnik – 02 septembre 2022) La France ne sera pas confrontée à une pénurie de gaz cet hiver à moins qu’il ne s’agisse d’une urgence, bien que l’ensemble du système énergétique européen soit définitivement sous pression, a déclaré Catherine MacGregor, directrice du géant français de l’énergie Engie, à la chaîne française RTL. .

En juillet, l’approvisionnement russe de Gazprom à Engie a été considérablement réduit et ne représentait que 4 % des expéditions totales vers l’entreprise, selon Le Figaro. Mardi, Gazprom a suspendu son approvisionnement à Engie, affirmant que la société ne payait pas l’intégralité du gaz de juillet dans le cadre du contrat existant.

« Nous sommes assez sereins sur la situation du gaz en France. Nous constatons cependant que le système énergétique européen, dont la France, est sous pression… A priori nous ne serons pas confrontés à une pénurie de gaz cet hiver sauf si nous en avons besoin de plus dans l’actuel ». quantité d’hivers très froids ou de tout autre moyen de production d’électricité autre que le gaz faible », a déclaré McGregor au diffuseur.

Selon le patron d’Engie, les installations de stockage de gaz en France sont aujourd’hui pleines à 93 %. De plus, la consommation domestique de gaz a chuté de 4 à 5 % dans le cadre de l’appel du gouvernement à réduire la consommation d’énergie, avant même l’entrée en vigueur des mesures restrictives officielles.

Le 24 février, la Russie a lancé des opérations militaires en Ukraine en réponse aux appels à l’aide des républiques séparatistes de Donetsk et Louhansk. L’Occident et ses alliés ont réagi en imposant des sanctions globales à la Russie, l’Union européenne s’engageant à mettre fin à sa dépendance vis-à-vis des approvisionnements énergétiques russes.

Le plan est nécessaire pour assurer l’approvisionnement en gaz et en pétrole alternatifs et réduire la consommation d’énergie dans les États membres de l’UE. Paris, notamment, a lancé cet été son programme « sérénité énergétique » avec pour objectif de réduire de 10% la consommation d’électricité du pays d’ici 2024 pour éviter les pénuries l’hiver prochain.

Les sanctions occidentales ont entraîné des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des flambées des prix de l’énergie dans le monde entier. Les médias français ont rapporté en août que les prix de gros de l’électricité en France atteindraient un niveau record de plus de 1 000 euros (plus de 1 000 dollars) par mégawattheure d’ici 2023, soit 1 000 % de plus qu’en 2021.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.