Le Parlement français divisé donne du fil à retordre au nouveau Premier ministre lors de son premier discours

A l’intérieur de l’Assemblée nationale française, l’ambiance s’est réchauffée mercredi pour le premier discours de la Première ministre Elisabeth Borne alors que le parti au pouvoir ne détient plus la majorité absolue – une rareté dans ce pays.

De telles « déclarations politiques générales », qui se produisent lorsqu’un nouveau gouvernement est formé pour permettre au Premier ministre de définir les plans et les priorités de l’exécutif, ne sont généralement pas extraordinaires, mais celle-ci est très attendue par les politiciens et les analystes politiques comme premier test. pour le nouveau gouvernement du président Emmanuel Macron.

Et quel témoignage… pendant près de 90 minutes de son discours, les députés ont riposté, tapant sur les gradins et se moquant même du nouveau Premier ministre.

Borne cherche à relever certains des défis les plus pressants de la France, selon le gouvernement d’Emmanuel Macron, notamment l’économie, l’égalité des sexes, la sécurité nationale, mais aussi le changement climatique et la paix en Europe.

Il a parlé de réformer le système de retraite français, soulignant qu’« il faut travailler un peu plus longtemps », d’en faire un pays « sans énergie fossile », et de nationaliser la compagnie d’électricité Electricité de France (EDF) au nom de la « souveraineté énergétique ». « .

Mais le message principal est le compromis. Il a appelé à « plus de pourparlers » et à ce que les législateurs « travaillent ensemble » afin de construire un nouveau modèle capable de relever les défis à venir.

Le parti Renaissance de Macron et ses alliés du centre ont perdu leur majorité absolue aux élections législatives du mois dernier au profit des partis de gauche La France Insoumise et de droite du Rassemblement national qui ont tous deux réalisé des gains significatifs.

Cela signifie que contrairement aux années précédentes où la confortable majorité du parti au pouvoir lui permettait de faire passer les réformes de Macron, le gouvernement doit désormais rechercher une alliance statutaire avec une base statutaire.

Avant le discours, l’équipe d’Elisabeth Borne a déclaré qu’elle « travaillait 24 heures sur 24 : rencontrer tout le monde, appeler tout le monde ». Selon son conseiller, « il est totalement à l’écoute ».

Au cours de son discours, il a fait référence à ces réunions avec les dirigeants de divers groupes parlementaires, citant des députés qui se sont exprimés par leur nom, dans le but de dialoguer avec eux. Mais cela ne semble pas fonctionner.

Borne ne semblait pas être en position de force avant son discours. Il ne semblait pas avoir acquis une base plus solide lorsqu’il est parti.

Il a décidé de ne pas organiser de vote de défiance dans son discours politique – une sorte de règle pour les premiers ministres lors de leur première apparition au parlement.

Les analystes politiques disent qu’il n’a pas le choix. Les dirigeants de l’opposition, dont le président du Rassemblement national, ont déclaré qu’il faisait probablement ce qu’il fallait car « ils ne font pas confiance à son gouvernement ».

Sans alliés officiels à l’Assemblée nationale de 577 sièges, Borne a invité les législateurs à honorer ce qu’il a dit être le message des électeurs français le mois dernier lorsqu’ils ont porté un coup dur au président en le forçant à rivaliser avec un gouvernement minoritaire.

« Les Français nous demandent de nous parler plus et mieux. Nous devons donner un sens au mot compromis, trop souvent oublié dans notre vie politique », a déclaré Borne.

Si l’on se fie à la session elle-même, il semble que les députés ne soient pas prêts à écouter le nouveau Premier ministre.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.