Le papillon a eu faim à cause d’Ali Baba.. l’histoire d’un film français auquel Samia Gamal a participé

En 1945, le papillon du cinéma égyptien, Samia Gamal, participe au film français Ali Baba et les quarante voleurs réalisé par le réalisateur international Jacques Becker, dans lequel l’acteur Fernandel joue le rôle d’Ali Baba, tandis que le papillon joue le rôle de Morgane. .

Ce film international fut le premier film français, coûtant 400 millions de francs, soit 400 000 livres égyptiennes à l’époque, et c’était un chiffre énorme et fabuleux à l’époque.Une artiste égyptienne, Samia Gamal.

Ce film a été projeté dans la plupart des pays du monde et a été traduit dans la langue du pays dans lequel il a été projeté. Le réalisateur français Jacques Becker a été l’un des premiers réalisateurs français à réaliser des films internationaux.

Et l’histoire d’Ali Baba et des quarante voleurs est l’une des histoires les plus célèbres du monde des mille et une nuits. Le réalisateur du film a dirigé les scènes pour que ses événements combinent de beaux paysages qui dépeignent le pays d’Andalousie. Le film a été projeté dans les plus grandes salles d’Égypte et la Siam International Company a assumé la responsabilité et le privilège de distribuer le film dans le monde entier.

Le papillon, Samia Jamal, a passé trois mois et demi entre le désert de Marrakech en Afrique du Nord et l’hôtel Raphaël en France.

Après son arrivée au Caire, son poids avait perdu cinq kilos en raison du régime qu’elle suivait pendant cette période.

Samia Gamal a déclaré à l’époque que le coût de la vie en France était exorbitant et qu’un simple repas d’une seule ligne pouvait coûter plus de trois livres, ce qui était un montant très élevé par rapport aux normes de prix de l’époque.

Par conséquent, pendant son séjour là-bas, le papillon s’est contenté d’un repas dans la journée pour subvenir aux dépenses nécessaires à l’hébergement, car Samia Jamal n’a apporté que 300 livres avec elle et a dû le dépenser tout ce temps, et elle a dû demander pour une avance de la société française qui produit le film, mais la société Lei n’a rien dépensé pour elle, confirmant qu’elle avait transféré l’intégralité de son salaire pour le film, qui s’élevait à 7 000 livres, à ses propres frais en Égypte.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.