Le ministre de la Santé de l’Ontario n’exclut pas la privatisation comme option pour aider la crise des urgences


Le ministre provincial de la Santé n’exclura pas la privatisation des soins de santé alors que le gouvernement cherche des moyens de remédier aux principales pénuries de personnel qui pèsent sur les hôpitaux de la province.

Lorsqu’on lui a demandé mercredi si le gouvernement envisageait une privatisation, Sylvia Jones a déclaré que « toutes les options sont sur la table ».

Les services d’urgence de tout l’Ontario ont dû fermer pendant des heures ou des jours cet été, ce qui, selon les responsables de la santé, a été causé par une crise du personnel infirmier.

Jones a déclaré qu’il avait été en pourparlers avec des sociétés hospitalières de toute la province dans le but de résoudre le problème.

Il a déclaré que le gouvernement explorait « des innovations et des opportunités » en Ontario, mais n’a pas précisé ce qui se passerait.

Les partisans ont exhorté le Premier ministre Doug Ford à abroger le projet de loi 124, la loi sur le plafonnement des salaires dans le secteur public, qu’il a introduite en 2019, affirmant que cela nuit aux efforts de recrutement et de rétention des infirmières.

La porte-parole du NPD en Ontario en matière de soins de santé, France Gélinas, a déclaré que l’opposition officielle était horrifiée que Jones ait laissé entendre que la privatisation des soins de santé était envisagée par le gouvernement Ford.

« La privatisation des services de santé sera un désastre pour la santé publique. Cela signifie perdre des infirmières, des médecins et des préposés aux services de soutien à la personne qui quittent le système public pour travailler dans le privé, ce qui aggrave encore la crise des soins de santé », a déclaré Gélinas. « Cela pourrait signifier que les gens sont obligés de payer eux-mêmes ou d’attendre plus longtemps pour se faire soigner. »

Gélinas dit que la crise des soins de santé que nous vivons est due au sous-financement et aux coupes des gouvernements conservateur et libéral avant eux.

Si vous trouvez une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl+Entrée.


Revenir

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.