Le ministre de la Santé de l’Ontario n’exclura pas la privatisation comme option pour aider les urgences en cas de crise

Le ministère de la Santé de l’Ontario n’a pas exclu la privatisation des soins de santé alors que le gouvernement cherche des moyens de remédier aux importantes pénuries de personnel qui pèsent sur les hôpitaux de la province.

Sylvia Jones a déclaré que le gouvernement envisageait de nombreuses idées dans le but d’empêcher la fermeture des services d’urgence.

Lorsqu’on lui a demandé si le gouvernement envisageait la privatisation, Jones a répondu que « toutes les options sont sur la table ».

« J’ai dit qu’il y a de l’innovation et des opportunités ici en Ontario, et nous allons explorer cela », a-t-il déclaré mercredi à l’Assemblée législative.

Les services d’urgence de tout l’Ontario ont dû fermer pendant des heures ou des jours cet été, ce qui, selon les responsables de la santé, a été causé par une crise du personnel infirmier. Certains petits hôpitaux ruraux ont été plus durement touchés que les grands hôpitaux urbains.

Le NPD « horrifié » par les suggestions

Jones a déclaré qu’il avait été en pourparlers avec des sociétés hospitalières de toute la province dans le but de résoudre le problème. Le gouvernement envisage de modifier le système de santé, a-t-il déclaré, sans toutefois préciser ce qui se passerait.

« Nous avons toujours eu un système de soins de santé public dans la province de l’Ontario et nous continuerons d’en avoir », a-t-il déclaré.

« Est-ce que nous examinons des options? Bien sûr. Il y a des juridictions dans d’autres parties du Canada, dans le monde, qui ont d’autres opportunités que nous examinerons et toutes ces suggestions sont à l’étude. »

Les hôpitaux de l’Ontario sont aux prises avec une grave pénurie de personnel, en particulier d’infirmières. (Evan Mitsui/CBC)

Le chef par intérim du NPD, Peter Tabuns, a déclaré que toute privatisation des soins de santé « serait désastreuse pour l’Ontario ».

Dans un communiqué publié mercredi, France Gélinas, porte-parole de la Nouvelle opposition en matière de soins de santé du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario, a déclaré que le parti était « horrible » d’entendre que la privatisation était envisagée.

« Nous sommes maintenant très préoccupés par le fait que la raison pour laquelle ces gouvernements conservateurs refusent d’agir face à la crise des soins de santé est qu’ils préfèrent privatiser les soins de santé », a déclaré Gélinas.

Les défenseurs demandent l’abrogation de la loi sur le plafonnement des salaires

Les partisans ont exhorté le Premier ministre Doug Ford à abroger la loi sur le plafonnement des salaires dans le secteur public qu’il a introduite en 2019, affirmant que cela nuit aux efforts de recrutement et de rétention des infirmières.

Jones et Ford ont été parsemés mardi de la crise actuelle dans les hôpitaux alors qu’ils assistaient à la première période des questions depuis la réélection progressiste-conservatrice en juin.

Les deux n’ont pas qualifié cela de crise, affirmant que le gouvernement investissait dans le système de santé.

« S’il y avait 5 000 infirmières capables de voler du ciel, nous les embaucherions demain », a déclaré Ford.

Jones a déclaré qu’il cherchait des « ajustements » dans le système de santé pour résoudre les problèmes au service des urgences.

Elle a dit qu’elle avait rencontré des administrateurs d’hôpitaux et le syndicat des infirmières pour avoir plus d’idées sur ce qu’il fallait faire. Mais il a dit qu’il prenait soin de comprendre comment les changements suggérés pourraient affecter d’autres parties du système de santé.

«Vous ne pouvez pas simplement résoudre ce qui se passe dans la pénurie de soins de santé au service des urgences et ne pas apprécier et comprendre qu’il y a un impact qui peut avoir sur la société par le biais des services de soins communautaires, par le biais (des travailleurs de soutien personnel), à long terme. soins », a-t-il dit.

La semaine dernière, Jones a envoyé une directive à l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario et à l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario, les exhortant à tout mettre en œuvre pour inscrire le plus rapidement possible les infirmières et les médecins formés à l’étranger dans la province.

La privatisation est à l’honneur chez SM

La question de la privatisation des soins de santé a récemment été à l’honneur ailleurs au pays.

La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a confirmé le rejet par un tribunal inférieur de la contestation par le chirurgien de Vancouver de la Medicare Protection Act de la province, affirmant que l’interdiction de la surfacturation et de l’assurance privée ne violait pas la Charte.

Les décisions des forces de l’ordre visant à assurer l’accès aux soins médicaux dans le système public sont fondées sur les besoins et non sur la capacité de payer du patient.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.