Le magnat français Bolloré envisage de vendre Editis pour s’assurer le rachat de Lagardère

Une femme passe devant le panneau du géant français des médias Vivendi au siège du conglomérat du divertissement aux télécommunications à Paris, France, le 12 août 2020. REUTERS/Charles Platiau

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 28 juillet (Reuters) – Le principal investisseur de Vivendi (VIV.PA), le milliardaire Vincent Bolloré, envisage de vendre l’unité d’édition du groupe Editis pour éviter les obstacles antitrust alors qu’il cherche à racheter le groupe de médias français Lagardère (LAGA.PA) .

Le partenariat Vivendi-Lagardère, en cours d’examen par les autorités antitrust de l’UE, créera un nouveau géant de l’édition grâce à la combinaison des deux plus grands groupes d’édition français, Hachette de Lagardère et Editis de Vivendi.

La perspective a suscité une vague de critiques de la part des éditeurs indépendants en France, dont le plus célèbre, Gallimard. Plusieurs écrivains français à succès ont également quitté Hachette.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Nous savons qu’il y aura des obstacles (concurrence) », a déclaré le PDG de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, lors d’un appel téléphonique avec des investisseurs.

« Nous voulons que le remède soit le meilleur pour toutes les parties prenantes », a-t-il ajouté, évoquant la potentielle vente d’Editis.

Vivendi n’a pas communiqué de détails sur l’évaluation et le calendrier de publication d’Editis.

Dans le cadre de ce plan, Bolloré cédera la totalité des actions d’Editis qu’il recevra après l’opération, qui consistera en la distribution simultanée d’actions d’Editis aux actionnaires de Vivendi et la cotation d’Editis à la bourse d’Euronext Paris, a-t-il précisé.

Bolloré est l’actionnaire de contrôle de Vivendi avec une participation de 29 %. La holding de médias de masse détient déjà 57% de Lagardère suite à une offre sur toutes les actions du groupe, qui abrite également les principales publications d’information telles que JDD et Paris Match.

Vivendi s’est dit prêt à débourser jusqu’à 2 milliards d’euros pour acquérir la totalité du capital de Lagardère.

Mais les droits de vote de Vivendi dans Lagardère étaient plafonnés à 23% jusqu’à l’approbation de la fusion par les autorités de la concurrence.

Vivendi a annoncé que son chiffre d’affaires au premier semestre était de 4,87 milliards d’euros, en hausse fondamentale de 5,4 % par rapport à la même période de l’année précédente. La croissance a été tirée par les activités internationales de l’unité de télévision payante Canal Plus.

Le bénéfice d’exploitation de base au cours de la période a augmenté de 28% sur une base par rapport à l’année précédente pour atteindre 412 millions d’euros, a-t-il déclaré, grâce à ses unités publicitaires Havas et Canal Plus.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Mathieu Rosemain; édité par David Evans et Paul Simao

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.