Le hijab est-il une option ? L’Inde ne peut pas maintenir la laïcité à la pointe, comme la France

jeest le gouvernement du Karnataka pratiquer la « laïcité », comme le français, qui a interdit le voile et autres symboles religieux dans les institutions publiques en 2004 ? Faut-il condamner le gouvernement du parti Basavaraj Bommai Bharatiya Janata à Bangalore pour avoir pris congé de Haute cour de l’UE, qui a autorisé l’année dernière les entreprises à interdire le foulard sur le lieu de travail ? Quant à la République islamique du Maroc, en 2017 banni vendeurs et fabricants de vendre la burqa — interdiction porter le hijab remonte à 2004.

Cette rubrique ne concerne pas l’Arabie saoudite, où réformes récentes introduit par Mohammed ben Salmane signifiait que les femmes n’avaient plus besoin de porter des voiles noirs complets ou des « abayas » en public, pouvaient conduire, aller au cinéma, voyager à l’étranger et vivre de manière indépendante – sans doute, l’Arabie saoudite reste l’un des pays les plus peuplés du le monde conservateur dans le monde. Monde.

Dans les États du Golfe comme les Émirats arabes unis, critiquer les cheikhs au pouvoir est un anathème – mais ce sont leurs fatwas qui ont transformé Dubaï en un Manhattan étincelant à l’Est, où les femmes peuvent porter ce qu’elles veulent, y compris à la plage. En fait, depuis que l’accord Abraham de 2020 a été signé avec son ancien ennemi Israël – et supervisé par les États-Unis – les Émirats arabes unis sont devenus la destination touristique préférée d’Israël.

Cette chronique ne concerne pas non plus Pakistanqui en théorie a essayé de suivre le dicton de Muhammad Ali Jinnah de 1947 sur la liberté religieuse (« Vous pouvez retourner dans vos temples et mosquées… »), mais en pratique a interdire la saint valentin célébrations en exigeant que les femmes portent non seulement des abayas noires mais aussi des gants noirs, tandis que les hommes doivent porter des chapeaux de prière blancs.

Ou à propos de l’Afghanistan, où les talibans ont rendu la burqa bleue avec vengeance – les filles et les femmes ne peuvent pas sortir en public sans burqa ou du moins, sans foulard.

L’un des exemples les plus intéressants d’un pays renversant ses propres diktats sur le hijab est la Turquie. Lorsque l’empire ottoman est tombé après la Première Guerre mondiale, Kemal ‘Pacha’ Atatürk a cherché à débarrasser la Turquie des ténèbres du passé et à la forcer vers l’avenir – parmi ses expériences figuraient le décret de 1925 sur la réforme vestimentaire, y compris l’interdiction du foulard. Les nouveaux dirigeants turcs, tels que l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, se sont tournés vers les islamistes ; lorsqu’il est devenu Premier ministre en 2013, Erdogan s’est assuré d’annuler le décret d’Atatürk de 1925 sur la réglementation vestimentaire.

Lorsque la Haute Cour du Karnataka entend des arguments sur la question de savoir si les étudiantes devraient être autorisées à porter des foulards ou des foulards dans leurs écoles et collèges, il est intéressant de voir comment les pays du monde entier ont traité des problèmes similaires. Que se passe-t-il lorsque les traditions religieuses entrent en collision avec l’État laïc ?


Lire aussi : Le vrai problème dans la ligne de hijabs du Karnataka est la façon dont la laïcité est mal définie – Nehru à Modi


‘Laïcite’ devant

La France est à la pointe de ce débat international depuis plusieurs années. Cela a donné naissance à un concept appelé «laïcité», qui se traduit par une marque dure de «laïcité» qui ne supporte pas les arguments en matière d’égalité.

Au-delà des lignes idéologiques, l’État a mené une campagne de répression en France pour interdire la burqa intégrale en 2004, également appelée la « loi du voile » – interdisant le port tout article religieux « flashy », y compris le voile islamique, la kippa juive et la grande croix chrétienne — au centre gauche de Jacques Chirac ; le voile, ou niqab en 2011 par l’extrême droite Nicolas Sarkozy.

En 2021, le Sénat français a fait pression pour un amendement visant à interdire le foulard à toute personne de moins de 18 ans, dans le cadre de la « Projet de loi anti-séparatisme » porté par le gouvernement du président Emmanuel Macron. Les amendements incluent également l’interdiction du foulard pendant les voyages scolaires ainsi que l’interdiction de « Burkin »maillot de bain complet.

L’amendement français, qui a fait évoluer le hashtag Twitter #HandsOffMyHijab pendant plusieurs semaines, vient après décapitation de Samuel Patyun enseignant en banlieue parisienne en octobre 2020, par un immigré tchétchène.

Macron a répondu sans vergogne en décrivant les attaques au couteau comme une vague de « séparatisme islamique » et en annonçant une série d’attaques. débat public en défense de la « laïcité » — ou la séparation stricte entre l’Église et l’État, qui caractérise la politique et la société françaises depuis 1905.

Or, la « laïcité » ne signifie pas que l’État ne s’implique pas dans la vie de la population catholique française – en fait, il finance à la fois des églises historiques telles que Notre Dame et l’école catholique. Mais le concept a refait surface pendant la lutte pour l’indépendance de l’Afrique du Nord contre l’empire colonial français dans les années 1960, lorsque les musulmans de ces pays, y compris les femmes et les enfants voilés, sont arrivés en France en grand nombre.

Avance rapide jusqu’à la publication 2005 a dessin animé Prophète Muhammad dans un journal danois, qui a fait sensation dans toute l’Europe ; en 2011, la loi Sarkozy-inspirée sur le niqab est devenue émeutes dans toute la France; en 2015,’Charlie Hebdo’ un magazine satirique à Paris a été attaqué pour une caricature du Prophète et 12 personnes ont été tuées ; en 2020, Charlie Hebdo a republié une caricature à l’occasion du procès des assaillants, conduisant à très grande colère dans tout le monde musulman.

Immédiatement après les attentats de Charlie Hebdo, Autriche, Pays-Bas et Belgique a adopté une loi interdisant le niqab, tandis qu’en 2016, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que le port du niqab devrait être interdit partout où « légalement le permet ».

De manière significative, la France et l’Allemagne comptent environ cinq millions de citoyens musulmans dans leur pays – d’ici 2020, après le meurtre de Samuel Paty, 79% des personnes interrogées mentionné « L’islamisme a déclaré la guerre » à la France.

Macron, pleinement conscient qu’il se présenterait aux élections de cette année, a déclaré à l’époque, « Samuel Paty a été tué parce que les islamistes veulent notre avenir et parce qu’ils savent qu’avec un héros tranquille comme lui, ils ne l’auront jamais.


Lire aussi : Au Karnataka, ce n’est pas à propos du Hijab, c’est le sectarisme et l’apartheid


La laïcité indienne a des limites

La plus grande différence entre les versions française et karnataka de la «laïcité» est peut-être qu’en France, l’affichage public de tous les symboles religieux, qu’il s’agisse de foulards, de turbans ou de croix chrétiennes, n’est pas autorisé; c’est pourquoi l’État estime qu’il est juste de faire respecter ces interdictions dans l’espace public.

En Inde, en revanche, une version plus élastique de la « laïcité » ne signifie pas mettre fin à la religion dans la sphère publique, mais les deux coexistent. C’est cette limite de coexistence qui est sur la table de la Haute Cour du Karnataka ces jours-ci.

En 2014, un sondage de la population musulmane désabusée d’Europe par l’agence de presse russe Rossiya Segodnya a révélé que 15 % de la France, 7 % de la Grande-Bretagne et 2 % de la population allemande avaient une image positive du groupe terroriste État islamique. Basé sur Poste de Washington, même si les chiffres ne sont pas très élevés, ils sont assez élevés – il cite un certain nombre de combattants de ces pays ainsi que d’autres pays européens (notamment la Belgique) qui ont afflué en Syrie et en Irak pour soutenir l’EI.

En revanche, même si l’Inde compte 14% de musulmans, seule une poignée de personnes ont été poussées à mener la soi-disant guerre sainte en Afghanistan et au Levant.

Alors, porter le hijab est-il une question de choix ou non ? Peut-on garder le concept de laïcité sur le fil du rasoir, comme l’ont fait les Français, ou est-ce contre-productif ? Lorsque la Haute Cour du Karnataka entend l’affaire, les expériences des pays étrangers sur la question de savoir si, comment et dans quelle mesure couvrir les femmes peuvent être une leçon.

Jyoti Malhotra est rédactrice en chef consultante chez ThePrint. Il a tweeté @jomalhotra. Les vues sont privées.

(Édité par Prashant)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.