Le groupe français Thales s’associe à EXPAL pour l’armée australienne

Le logo Thales est visible dans un bâtiment de l’entreprise à Brest, France, le 14 mars 2022. REUTERS/Stephane Mahé

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 4 juillet (Reuters) – Le groupe français de défense et de technologie Thales (TCFP.PA) a annoncé lundi un partenariat avec EXPAL Systems pour fournir du matériel à l’armée australienne, alors que la France et l’Australie visent à améliorer leurs relations diplomatiques après la dispute de l’année dernière.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré la semaine dernière au nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese qu’il souhaitait se concentrer sur l’avenir alors qu’ils tentaient de reconstruire des relations tendues par la décision de l’ancien Premier ministre australien d’abandonner un contrat sous-marin lucratif avec la France. Lire la suite

Thales Australia a déclaré que son partenariat avec EXPAL se concentrera sur les munitions navales pour l’Australian Defence Force, ainsi que sur les technologies futures pour la Royal Australian Navy. Thales n’a pas divulgué les détails financiers de l’accord.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Il s’agit d’une démonstration claire de l’engagement à long terme de l’entreprise à développer et à maintenir une capacité de munitions industrielles souveraines durable, durable et résiliente pour les Forces de défense australiennes », a déclaré Corry Roberts, directeur de Thales Australie et Nouvelle-Zélande.

Les relations entre la France et l’Australie ont touché le fond en octobre dernier lorsque l’Australie a annulé une commande de plusieurs milliards de dollars de sous-marins avec le constructeur naval militaire français Naval Group – qui est une unité de Thales – et a plutôt opté pour des accords alternatifs avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Le mois dernier, le nouveau gouvernement travailliste a conclu un règlement de 555 millions d’euros (578,6 millions de dollars) pour Naval Group, suite à l’annulation d’une commande de sous-marins. Lire la suite

L’État français détient une participation de 25,7 % dans Thales, tandis que la société française Dassault Aviation (AM.PA) détient également une participation de 24,6 % dans Thales.

(1 $ = 0,9592 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Sudip Kar-Gupta; Edité par Kim Coghill, Robert Birsel

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.