Le gouvernement français envisage d’acquérir la pleine propriété d’EDF

Le gouvernement français a annoncé son intention de prendre le contrôle total entreprise de distribution d’énergie FED en achetant la participation restante dans le service public d’électricité.

La décision intervient après que le Premier ministre français Elisabeth Borne a annoncé son intention de nationaliser l’entreprise criblée de dettes au début du mois.

Dans un communiqué, le ministère français des Finances a annoncé qu’il avait offert 9,7 milliards d’euros (9,85 milliards de dollars), soit 12 euros (12,26 dollars) pour une action, pour acheter les 16 % restants d’EDF.

Le gouvernement détient déjà 84% des actions de l’entreprise.

Une fois l’accord conclu, le gouvernement nationalisera entièrement EDF et deviendra l’unique actionnaire de l’entreprise.

Cette décision permettra également à l’État d’aller de l’avant avec certains des projets annoncés par le président Borne dans un discours à Belfort.

L’un des plus grands exploitants d’électricité nucléaire en Europe, EDF est actuellement confronté à des réductions de production, à des retards de projets et à des restrictions tarifaires énergétiques imposées par le gouvernement, comme l’a rapporté Reuter.

Le conflit en cours en Ukraine ajoute aux difficultés de l’entreprise.

Le gouvernement français espère que la nationalisation d’EDF contribuera à sécuriser les approvisionnements énergétiques.

Dans un déclaration séparéeL’EDF a indiqué avoir pris connaissance de l’offre et formé une commission ad hoc pour proposer la nomination d’un expert indépendant en la matière.

Le communiqué de la société précise : « Le conseil d’administration émettra un avis raisonnable sur le projet d’offre après avoir pris en compte le rapport de l’expert indépendant et les recommandations du comité ad hoc.

« Le rapport d’expert indépendant et l’opinion impartiale du conseil d’administration de la société seront inclus dans le projet de document de réponse de l’entreprise. »

L’offre d’achat sera déposée début septembre auprès de l’Autorité des Marchés Financiers, la procédure de radiation de la société étant prévue pour fin octobre.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.