Le français TotalEnergies limitera ses investissements pétroliers en Russie

TotalEnergies, une compagnie pétrolière française avec d’importants investissements dans le gaz naturel en Russie, a déclaré mardi qu’elle ne fournirait plus de capitaux pour de nouveaux projets dans le pays en réponse à l’invasion de l’Ukraine.

Mais les annonces ont piétiné après BP, Shell et Equinor, qui ont déclaré ces derniers jours qu’ils allaient sortir de leurs investissements russes.

« TotalEnergies condamne l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine, qui a des conséquences tragiques pour la population et menace l’Europe », a déclaré la société.

TotalEnergies a joué un rôle clé dans le développement des capacités de la Russie dans le gaz naturel liquéfié. Contrairement à d’autres entreprises occidentales, TotalEnergies a poursuivi sa progression en Russie après que l’annexion de la Crimée en 2014 a provoqué des sanctions occidentales.

Maintenant, la pression peut continuer pour que l’entreprise se désengage davantage de Moscou. TotalEnergies a indiqué dans un communiqué qu’elle appliquerait les sanctions imposées par l’Europe « quelles que soient les conséquences » pour ses activités en Russie.

TotalEnergies détient une participation importante dans l’installation ultramoderne de Yamal LNG dans l’Arctique russe, qui a livré sa première cargaison en 2017. Le gaz de l’installation de Yamal est essentiel au statut du géant français en tant que producteur et distributeur majeur de GNL, un carburant dont la consommation devrait fortement croître dans les décennies à venir. . Yamal LNG est également bien positionné pour fournir du gaz à l’Europe.

L’installation de Yamal est contrôlée par Novatek, une société gazière russe dans laquelle TotalEnergies détient une participation de 19,4 %. Les partenaires planifient un autre projet GNL géant appelé Arctic LNG-2 à travers la baie d’Ob depuis Yamal.

Shell a annoncé lundi qu’elle quitterait sa joint-venture avec Gazprom, le géant russe du gaz naturel, un jour après que BP a annoncé qu’elle vendrait sa participation de près de 20% dans Rosneft, la compagnie pétrolière russe contrôlée par l’État.

La décision du géant pétrolier de se retirer de son entreprise pétrolière avec la Russie a mis la pression pour une réponse similaire de la part d’Exxon Mobil, qui possède un important projet russe.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.