Le Français Macron est un ami, déclare la Première ministre britannique Liz Truss

Le président français Emmanuel Macron est un ami de la Grande-Bretagne, a déclaré jeudi la Première ministre Liz Truss, après avoir déclaré plus tôt cette année lors de sa campagne pour le leadership qu’un jury décide s’il est ami ou ennemi. Truss s’exprimait à Prague lors d’un sommet de la Communauté politique européenne, un format imaginé par Macron et qui unit l’Union européenne de 27 membres à 17 autres pays européens.

« C’est un ami », a déclaré Truss aux journalistes lorsqu’on lui a demandé s’il avait pris une décision à propos de Macron. Macron a répondu en nature et s’est dit « très heureux » de voir Truss à Prague et espérait que cela marquerait un nouveau départ pour les relations entre la Grande-Bretagne et l’UE après le Brexit.

« C’est une île, mais ça ne bouge pas d’un continent », a déclaré Macron en anglais. « J’espère vraiment que c’est le début du lendemain. » Les deux dirigeants se sont rencontrés pour des entretiens prévus peu de temps après ses commentaires et ont convenu de proposer un « agenda bilatéral renouvelé », selon un communiqué conjoint.

« Le président et le Premier ministre ont réaffirmé la relation forte et historique entre leurs deux pays », indique le communiqué, annonçant un accord pour la tenue du sommet anglo-français en 2023 en France. Les relations historiquement compliquées entre la Grande-Bretagne et la France sont devenues plus tendues depuis que la Grande-Bretagne a quitté l’Union européenne au début de 2020, enflammées par des différends sur le contrôle des postes frontières et le flux de migrants traversant la mer de Calais vers le sud de l’Angleterre.

« Je travaille très, très étroitement avec le président Macron et le gouvernement français et ce dont nous parlons, c’est de la manière dont le Royaume-Uni et la France peuvent travailler plus étroitement ensemble pour construire davantage de centrales nucléaires et garantir que les deux pays ont la sécurité énergétique dans le avenir », a déclaré Truss. « Nous sommes tous les deux très clairs : l’ennemi est Vladimir Poutine. » Sa déclaration initiale en août, faite lors de la campagne pour remplacer Boris Johnson au poste de Premier ministre, a exacerbé la rivalité anglo-française et suscité les acclamations d’un public de membres du parti conservateur eurosceptique au pouvoir.

Mais ils ont reçu une réponse glaciale de Macron, qui a déclaré que la Grande-Bretagne était un « pays ami, quels que soient ses dirigeants, parfois quels que soient ses dirigeants ». Les deux se sont rencontrés plus tard à New York, après que Truss soit devenu Premier ministre, où Macron a déclaré qu’il y avait un désir « de se réengager, de continuer et de montrer que nous sommes des alliés et des amis dans un monde complexe ».

La déclaration conjointe publiée après la réunion de jeudi comprenait un réengagement de soutien à une centrale nucléaire au Royaume-Uni construite par la société française EDF, une affirmation de leur engagement à soutenir l’Ukraine et un engagement à travailler plus étroitement sur la migration transmanche.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *