Le français Engie veut des lignes directrices claires de l’UE sur les paiements du gaz russe

Catherine MacGregor, directrice générale d’Engie, assiste à une réunion sur l’égalité économique et professionnelle à Paris, France, le 25 octobre 2021. REUTERS/Sarah Meyssonnier

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

5 mai (Reuters) – La société française de services publics Engie (ENGIE.PA) paie toujours le gaz russe en euros, dans le cadre de son contrat, et espère que la Commission européenne fournira des orientations claires dès que plusieurs entreprises seront confrontées à des délais de paiement ce mois-ci, a déclaré son PDG. dit jeudi.

« Nous avons besoin de clarté et nous avons besoin d’orientations assez détaillées de la part de la Commission européenne sur les solutions de paiement possibles. Ce dont nous avons besoin de la part de l’Union européenne, c’est de la clarté », a déclaré Catherine MacGregor lors d’une conférence de presse sur les énergies renouvelables.

Le président russe Vladimir Poutine a exigé le paiement du gaz du pays en roubles en réponse aux sanctions occidentales contre la Russie suite à son invasion de l’Ukraine.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Moscou indique spécifiquement que les acheteurs de gaz étrangers doivent déposer des euros ou des dollars sur un compte à la Gazprombank (GZPRI.MM), qui les convertira en roubles.

La Russie a coupé les livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie le mois dernier après avoir refusé de payer en roubles dans le cadre du nouvel accord, ce qui fait craindre que d’autres pays ne soient les prochains. Lire la suite

MacGregor avait précédemment déclaré à la radio RTL qu’Engie « payait toujours en euros » et travaillait sur une solution aux demandes de Moscou, ajoutant que le stock d’Engie était « assez plein ».

MacGregor a déclaré que l’arrêt des livraisons de gaz russe à l’Europe était un scénario « crédible » et que la principale inconnue était de savoir si la Russie couperait ses livraisons de gaz à l’Europe « avant ou après l’été ».

Il n’y a « aucune inquiétude » sur les approvisionnements de ses clients en mai, a-t-il ajouté, car le prochain paiement est dû à la fin du mois.

« Ce qui est important, c’est d’anticiper l’hiver à venir. Par conséquent, les temps d’arrêt sont essentiels. Plus notre stock est important, plus il nous sera facile de passer l’hiver prochain », a-t-il déclaré.

Engie, comme d’autres entreprises européennes du secteur, s’apprête à couper l’approvisionnement en gaz russe de l’Europe, à diversifier les sources d’approvisionnement et à importer massivement du gaz naturel liquéfié (GNL).

La société a récemment signé un contrat de GNL de 15 ans avec la société américaine NextDecade Corp.

L’expansion à long terme des énergies renouvelables est une autre partie de la réponse d’Engie, déclare MacGregor.

Le gaz russe représente 20 % de l’approvisionnement d’Engie et 40 % des besoins en gaz de l’Europe. Lire la suite

La Commission européenne a déclaré lundi que le respect intégral du système de paiement en roubles proposé par la Russie violerait les sanctions existantes de l’UE contre la Russie, mais a promis des indications plus détaillées sur ce que les entreprises peuvent et ne peuvent pas faire légalement. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Tassilo Hummel et Dominique Vidalon Écriture de Sarah Morland, Dominique Vidalon Montage de David Goodman et Jane Merriman

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.