Le CRTC interdit le radiodiffuseur d’État russe RT des ondes canadiennes

OTTAWA – Le radiodiffuseur canadien n’est plus autorisé à distribuer le radiodiffuseur d’État russe, RT, après que les régulateurs fédéraux ont découvert que le programme ciblait les citoyens ukrainiens pendant l’invasion russe en cours.

Le Conseil de la radio-télévision canadienne a retiré RT, anciennement connu sous le nom de Russia Today, et RT France de la liste officielle des services et stations de programmation non canadiens.

La commission peut annuler l’autorisation d’un service si elle estime que le contenu violerait les réglementations applicables aux radiodiffuseurs titulaires d’une licence canadienne, et a déclaré que si les RT et les RT français étaient canadiens, la commission les « demanderait des comptes ».

Il a déclaré que le contenu constituait des commentaires abusifs et « est susceptible d’exposer le peuple ukrainien à la haine ou au mépris sur la base de sa race, de son origine nationale ou ethnique ».

Le gouvernement fédéral a officiellement demandé au CRTC de revoir la présence des radiodiffuseurs soutenus par le Kremlin sur les ondes canadiennes le 2 mars.

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré à l’époque qu’il fallait agir pour lutter contre les mensonges et la désinformation de la Russie au sujet de l’invasion de l’Ukraine, y compris sur les réseaux sociaux.

La commission a déclaré que les actions du gouvernement russe visant à limiter l’indépendance journalistique des agences de presse et à diriger le contenu vers des radiodiffuseurs publics tels que RT étaient contraires à la liberté d’expression et à l’indépendance journalistique, principes clés de la radiodiffusion canadienne.

Rogers, Bell, Telus et Shaw ont retiré RT de leurs listes de canaux, ce qui signifie qu’en ce qui concerne le CRTC, aucun radiodiffuseur canadien ne le distribue au moment où il fait l’objet d’un examen.

L’Union européenne a interdit RT ce mois-ci et le régulateur britannique de la diffusion a lancé plusieurs enquêtes sur l’impartialité de la chaîne.

Le Canada a également imposé des sanctions à la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan, qui est décrite par l’Union européenne comme une figure centrale de la propagande gouvernementale russe.

La chaîne d’information soutenue par l’État russe a été fondée en 2005 et diffuse dans plus de 100 pays dans de nombreuses langues.

Le CRTC sollicite les commentaires des radiodiffuseurs et du public avant de prendre une décision. Seules 16 des 373 interventions se sont opposées à l’interdiction de la RT.

La commission a déclaré que bon nombre des soumissions contenaient « une ferme condamnation de l’agression de la Russie en Ukraine » et de l’impact des médias d’État russes sur la perception des Ukrainiens.

Aucune des parties intervenantes n’a contesté le fait que RT était contrôlée par le gouvernement russe et contenait au moins une certaine propagande gouvernementale.

Alors que certains s’inquiétaient de la liberté d’expression et de la censure, le CRTC a déclaré que les Canadiens pouvaient toujours accéder à RT en ligne s’ils le souhaitaient.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 16 mars 2022.

REJOIGNEZ LE CONVERT

La conversation est l’opinion de nos lecteurs et est soumise à Code d’éthique. Le Star ne partage pas cette opinion.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.