Le Conseil de sécurité de l’ONU tient une rare session de l’Assemblée générale sur l’Ukraine

Le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé dimanche à une rare session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale de 193 membres sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui se tiendra lundi, alors que les alliés occidentaux intensifient une campagne diplomatique pour isoler Moscou. Le vote du conseil de 15 membres est procédural, de sorte que la Russie ne peut pas exercer son droit de veto. Une résolution convoquant la session de l’Assemblée générale a été adoptée par 11 votes favorables. La Russie a voté non, tandis que la Chine, l’Inde et les Émirats arabes unis se sont abstenus.

Cette décision est la dernière d’une vague de diplomatie aux Nations Unies à New York. Il fait suite au veto de la Russie vendredi sur un projet de résolution du Conseil qui aurait déploré l’invasion de l’Ukraine par Moscou. La Chine, l’Inde et les Émirats arabes unis se sont abstenus et les 11 membres restants ont voté oui. L’Assemblée générale devrait voter sur la même résolution dès mercredi, a déclaré dimanche l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, à l’émission Meet the Press de NBC. Aucun pays ne dispose d’un droit de veto à l’Assemblée générale.

Bien que les résolutions de l’Assemblée générale ne soient pas contraignantes, elles ont un poids politique. Les États-Unis et leurs alliés voient dans cette décision aux Nations Unies une occasion de montrer que la Russie est isolée en raison de son invasion de l’Ukraine voisine. Ils chercheront à corriger les 100 pays qui ont voté en faveur de la résolution de l’Assemblée générale de mars 2014 après que la Russie a annexé la région ukrainienne de Crimée. La résolution a déclaré invalide le référendum sur le statut de la Crimée.

Le vote aura lieu à la fin de la session extraordinaire d’urgence. Ce ne sera que la 11e session de l’Assemblée générale tenue depuis 1950. Le Conseil de sécurité se réunira également à nouveau lundi pour faire un point sur les besoins humanitaires des civils en Ukraine, demandé par la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège , Albanie, Irlande et Mexique. Ce sera la 5e réunion du conseil en Ukraine la semaine dernière.

La Russie serait en mesure de bloquer le mouvement si elle le voulait. Il s’agit d’un veto conjoint avec les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.