Le club de lancement de fusées s’agrandit alors que la Corée du Sud place un satellite sur sa propre orbite

Bangalore : La Corée du Sud a lancé mardi avec succès sa première fusée entièrement fabriquée dans le pays, à l’aide d’un petit satellite. La fusée Nuri à trois étages a décollé du centre spatial de Naro à 16h00 heure locale (07h00 GMT).), localise les satellites fonctionnels, ainsi que les satellites factices, dans un 700-km-orbite haute.

Cela fait de la Corée du Sud le 11ème pays capable d’envoyer des satellites dans l’espace avec sa propre technologie ; il avait précédemment lancé une fusée en 2013, mais elle avait été construite avec l’aide de la Russie.

Le lancement de mardi était la deuxième tentative de lancement de Nuri fusée (perroquet signifie « monde » en coréen) après un test échoué En octobre dernier, lorsque la fusée du troisième étage a cessé de tirer 46 secondes plus tôt qu’elle n’aurait dû l’être. En conséquence, la charge utile factice atteint la hauteur requise mais n’est pas mise en orbite.

La mise en scène est le processus par lequel la plupart des lanceurs désinvolte partie ou partie du véhicule pour alléger le poids du véhicule pour atteindre vitesse orbitale.

« Chers concitoyens, espace [the] La République de Corée est entièrement ouverte. Science et technologie [the] La République de Corée a fait de grands progrès », a déclaré le ministre sud-coréen des Sciences Lee Jong-Ho lors d’une conférence de presse après le lancement. « Le gouvernement poursuivra ses démarches audacieuses vers [becoming] puissance extraterrestre avec les gens.

Cela fait de la Corée du Sud le 11e pays – à l’exclusion des efforts de collaboration de l’ex-Union soviétique et de l’Agence spatiale européenne – à être pleinement capable de se lancer. La Corée du Sud rejoint des nations asiatiques telles que l’Inde, la Chine, le Japon et la Corée du Nord, Israël et l’Iran, qui ont leurs propres fusées construites localement capables de se lancer en orbite.

Ailleurs, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont également leurs propres fusées. La France et le Royaume-Uni volent également sur des lanceurs de l’Agence spatiale européenne (ESA). L’Ukraine possède également ses propres fusées modifiées héritées de l’ère soviétique.

Une fois placé en orbite, le satellite de travail, qui établi vérification de l’insertion en orbite (c’est-à-dire correctement insérée en orbite), confirmant son statut vers une station sud-coréenne en Antarctique.

Le satellite de travail contient quatre CubeSats — des mini satellites carrés de la taille d’un Rubik’s cube chacun — qui seront lancés dans les prochains jours pour l’observation de la Terre.

Le lancement a été diffusé et largement médiatisé en Corée du Sud, et quatre autres lancements devraient suivre prochainement. Le pays travaille également sur un orbiteur lunaire nommé Orbiteur lunaire coréen Pathfinder (KPLO).

La Corée du Sud a envoyé environ 25 satellites lancé par des porte-avions européens et américains dans l’espace depuis le début des années 90, et en 2013, a lancé la fusée Naro-1 construite en collaboration avec la Russie depuis son propre sol.

(Édité par Uttara Ramaswamy)


Lire aussi : ‘Où est la recherche?’ Pourquoi les diplômés sur mesure de l’IIST Space Institute ne restent-ils pas à l’ISRO


Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.