Le choc de la Ligue des champions ravive l’appétit pour la technologie de reconnaissance faciale en France – EURACTIV.fr

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a relancé le débat sur la reconnaissance faciale après que des images d’affrontements violents devant le Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, samedi 28 mai, aient mis le gouvernement français sous les projecteurs. Rapports d’EURACTIV France.

« Je veux qu’on arrête enfin ce que fait la CNIL [France’s data watchdog] on nous interdit de faire ce genre d’institution poussiéreuse qui interdit l’utilisation de la reconnaissance faciale », a déclaré Estrosi. Diffuseur européen 1 mardi.

En 2016, la ville de Nice a été la cible d’une attaque au camion, au cours de laquelle un conducteur a délibérément pris pour cible une foule célébrant le 14 juillet. 86 personnes sont mortes à la suite de l’incident et 458 autres ont été blessées.

Reconnaissance faciale en français

La France interdit actuellement la technologie de reconnaissance faciale dans les espaces publics pour le traitement des données biométriques, conformément aux règles de la CNIL en vertu du règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE.

Les lois françaises et de l’Union européenne autorisent certaines exceptions, principalement pour des « raisons importantes d’intérêt public », bien que l’identification des supporters aux entrées du stade n’en fasse pas partie.

En février 2021, la CNIL a émis une mémorial au club de football FC Metz pour avoir expérimenté des systèmes de reconnaissance faciale pour filtrer les personnes interdites d’accès aux stades dans le cadre d’une campagne antiterroriste. Selon l’organisme de surveillance des données, le club n’a pas le droit de baser son système sur les données biométriques des personnes, qu’il considère comme des informations sensibles.

« Il est difficile pour la police d’arrêter 1 000 ou 2 000 personnes, avec des risques de blessures voire de mort. Mais en revanche, s’ils sont identifiés par reconnaissance faciale, s’ils sont bannis des stades et si on peut aller les chercher aux petites heures du matin chez eux pour les détenir, l’intelligence artificielle entrera en jeu. son rôle au maximum », a expliqué Estrosi.

Le maire a ajouté qu’un « grand nombre » d’organisateurs d’événements sportifs et de présidents de clubs le soutiendraient.

Une technologie similaire a été utilisée lors de la finale de la Ligue des champions 2017 à Cardiff entre la Juventus et le Real Madrid.

Cependant, les forces de l’ordre locales ont rapporté plus tard que sur les 2 470 avertissements émis par le programme de reconnaissance faciale, seuls 173 se sont avérés corrects, soit un taux de faux positifs de 92 %.

« Nous avons des logiciels, des startups, de gros industriels, dont des français comme Thales, qui disposent actuellement de systèmes très sophistiqués pour garantir la liberté individuelle », a déclaré Estrosi, ajoutant qu’il ne souhaitait pas voir un État de surveillance où le président pourrait surveiller les citoyens. via leurs téléphones, mais seulement des garanties supplémentaires de sécurité pour la population, et a appelé à un « vrai débat » sur cette question.

Débat européen

Ce « vrai débat » pourrait bien avoir lieu à Bruxelles et à Strasbourg, alors que le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen examinent Proposition de la Commission européenne réglementer l’intelligence artificielle – en particulier, harmoniser les règles de reconnaissance faciale et combler les lacunes juridiques au niveau de l’UE.

L’article 5 de la proposition interdit « l’utilisation de systèmes d’identification biométrique à distance « en temps réel » dans les zones accessibles au public à des fins répressives », à quelques exceptions près.

En octobre 2021, les législateurs de l’UE ont adopté une résolution promettant une interdiction complète de cette technologie, sans exception, à la majorité.

Les législateurs conservateurs du Parti populaire européen (PPE) ont toutefois présenté plusieurs amendements pour assouplir la résolution, proposant de troquer le moratoire sur la diffusion de la reconnaissance faciale dans les espaces publics contre une promesse de « faire respecter les droits fondamentaux ».

D’autres soutiennent également le PPE ; certains législateurs voient dans la technologie une excellente opportunité pour prévenir et combattre la délinquance et la criminalité.

« Nous ne devrions pas jeter les bébés avec l’eau du bain », a déclaré le législateur démocrate-chrétien belge Tom Vandenkendelaere à ses collègues lors de la plénière.

L’interdiction, et les réductions qui l’accompagnent, pourraient également être un point de friction entre les États membres actuellement en train de s’entendre sur un texte sous la présidence française du Conseil de l’UE.

[Edited by Luca Bertuzzi/Nathalie Weatherald]

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.