Le chef de l’OTAN avertit le Canada que la Russie et la Chine ont des projets dans l’Arctique

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a conclu vendredi son voyage dans l’Arctique canadien en soulignant la menace que représentent pour la région la Russie et la Chine.

Aux côtés du premier ministre Justin Trudeau dans l’une des principales bases d’avions de chasse du nord du pays à Cold Lake, en Alberta, Stoltenberg a cité une liste d’actions que Moscou a prises dans le Grand Nord en coopération avec Pékin.

« La Russie a établi un nouveau commandement arctique », a-t-il déclaré. «Il a ouvert des centaines de sites militaires arctiques nouveaux et anciens de l’ère soviétique, y compris des aérodromes et des ports en eau profonde. La Russie utilise également la région comme terrain d’essai pour bon nombre de ses nouveaux systèmes d’armes.

La Chine étend également sa portée et s’est déclarée un pays « proche de l’Arctique », avec des plans pour construire le plus grand brise-glace du monde, a-t-il ajouté.

« Il investit des milliards de dollars dans des infrastructures énergétiques et des projets de recherche dans le Grand Nord », a déclaré Stoltenberg.

« Pékin et Moscou se sont également engagés à intensifier les opérations pratiques dans l’Arctique. Cela fait partie d’un partenariat stratégique approfondi qui remet en question nos valeurs et nos intérêts. »

Stoltenberg a également souligné l’intérêt croissant de l’OTAN pour la défense de l’Arctique, en particulier à la lumière des projets de la Suède et de la Finlande de rejoindre l’alliance militaire.

Les chefs de l’OTAN et Trudeau ont parlé d’accroître la coopération, mais ont cessé de s’engager dans un exercice majeur dirigé par l’OTAN sur le sol canadien dans le Grand Nord.

Parler à CBC Pouvoir et politiqueLa ministre de la Défense, Anita Anand, a déclaré que la participation des alliés à l’exercice militaire national du Canada était acceptable pour Ottawa, mais que le gouvernement libéral n’avait « aucun plan » pour organiser un exercice de l’OTAN similaire à l’exercice annuel Cold Response de l’alliance en Norvège.

Yves Brodeur, ancien ambassadeur du Canada auprès de l’OTAN, a déclaré qu’inviter officiellement l’alliance à s’entraîner dans l’Arctique enverrait un signal important à la Russie.

« Ce serait une bonne chose », a déclaré Brodeur à Radio-Canada en entrevue.

« Considérant le fait que le Grand Nord est vraiment une région qui offre des conditions assez hostiles, ce n’est pas un environnement facile. Donc, avoir des troupes de l’OTAN des pays de l’OTAN avec le Canada s’entraînant dans le Grand Nord serait, en ce qui me concerne, un énorme atout pour l’organisation, pour l’OTAN. »

REGARDER | Le PM en chef de l’OTAN visite les installations de défense de l’Arctique :

L’OTAN et Trudeau visitent les défenses arctiques du Canada

Lors d’une visite à Cambridge dans la baie du Nunavut avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le premier ministre Justin Trudeau a discuté de l’importance de la défense dans le Grand Nord canadien au milieu de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le Canada a toujours hésité à travailler avec des alliés autres que les États-Unis dans le Grand Nord. La raison est liée à la souveraineté.

Bon nombre des alliés les plus proches du pays ne reconnaissent pas la revendication du Canada sur le passage du Nord-Ouest.

Selon les recherches de l’expert de l’Arctique de l’Université de Calgary, Rob Huebert, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, la Belgique, le Japon, la Commission européenne, Singapour et la Russie (quand c’était encore l’Union soviétique), au cours des 40 dernières années, ont officiellement protesté ou dissidence enregistrée sur les allégations canadiennes selon lesquelles le passage est une voie navigable intérieure canadienne.

Des experts ont laissé entendre que demander à d’autres pays d’aider à défendre la région – en particulier ceux qui ne reconnaissent pas les revendications du Canada – pourrait être perçu comme sapant la position du Canada.

« Le passage du Nord-Ouest est dans les eaux canadiennes, point final », a déclaré Trudeau, répondant à une question conjointe avec Stoltenberg vendredi.

Des gens énergiques se sont approchés d'une série d'escaliers.
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, deuxième à gauche, et le premier ministre Justin Trudeau participent jeudi à une visite de Cambridge Bay, au Nunavut. (Jason Franson/La Presse canadienne)

Il a reconnu qu’il y avait eu un « désaccord de longue date avec les États-Unis », mais a déclaré que Washington avait « compris notre position et nos alliés, vous savez, respectent la position du Canada ».

Huebert a déclaré qu’il serait « contre-productif pour les Européens ou les Américains de faire constamment pression » sur le Canada au sujet de ses revendications de souveraineté, en particulier dans le climat géopolitique actuel.

Mais si le Canada prend ses revendications au sérieux, dit-il, il devrait investir davantage dans les infrastructures, tant militaires que civiles, pour renforcer son contrôle sur la région.

« Quand nous regardons ce que la Russie a fait avec la route de la mer du Nord », a déclaré Huebert, « la raison pour laquelle personne ne les a défiés – parce qu’ils ont essentiellement créé une voie navigable intérieure – personne ne les a défiés, c’est parce que la Russie a un si puissant aptitude. pour défendre le territoire. »

Dans ses remarques, Stoltenberg a souligné cette capacité tout en évitant de critiquer le Canada.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.