Le chef de l’Agence spatiale et l’ambassadeur de France discutent de la coopération dans le domaine des technologies spatiales



Oumar Faris


Publié le : lundi 28 mars 2022 – 15:01 | Dernière mise à jour : lundi 28 mars 2022 – 15:01

Le Dr Mohamed El-Qosy, PDG de l’Agence spatiale égyptienne, et l’ambassadeur de France, Marc Berti, ont discuté de l’activation des partenariats communautaires entre les institutions et des moyens de coopération entre les deux parties pour le bien public.

L’ambassadeur de France visite le laboratoire de l’agence spatiale ; Découvrez les satellites en cours de développement et les dernières capacités technologiques et humaines représentées par les ingénieurs et les équipes de soutien.

inspecter l’assemblage, l’intégration et les essais du bâtiment ; Prendre connaissance des dernières découvertes de l’agence en matière d’infrastructures spatiales.

Entre-temps, Al-Qusi a remercié l’ambassadeur pour sa visite, qui reflète les relations étroites et continues entre l’Égypte et la France qui existent depuis de nombreuses années.

Al-Qusi a donné une explication complète des activités de l’agence et des domaines de coopération possibles dans le domaine des sciences et technologies spatiales, qu’il espère réaliser dans un proche avenir.

Pendant ce temps, l’ambassadeur a exprimé son plaisir de visiter l’agence, louant les efforts déployés par chacun et exprimant ce que l’agence essaie de faire pour s’appuyer sur les capacités et les installations existantes de l’agence, qui est représentée dans le bâtiment moderne de l’agence spatiale et ses vision du projet et de ses réalisations. est en cours d’exécution.

Il a ajouté que le satellite est l’un des systèmes modernes les plus importants pour réaliser les moyens de communication et que de nombreux besoins importants de la société sont à venir.

Il a souligné l’importance du secteur spatial et la nécessité de promouvoir la coopération spatiale entre les deux pays, d’autant plus que la France a choisi l’Egypte comme pays prioritaire en matière de partenariat et d’aide publique au développement pour les cinq prochaines années.

Pendant ce temps, Dr. Ayman Mahmoud, chef de la Division de la charge utile spatiale et membre du conseil d’administration de l’Agence spatiale égyptienne, a fait des présentations sur les projets en cours à l’agence, par exemple, mais sans s’y limiter, la ville spatiale qui compte 23 bâtiments, et l’Orient Projet africain soumis au COMESA. Qui vise à discuter de la question du changement climatique et de son impact sur la sécurité alimentaire à l’aide de systèmes d’intelligence artificielle, ainsi que du projet Africa Development Satellite, qui vise à créer un petit satellite avec la participation des pays africains Nigeria, Ghana, Kenya, Ouganda et Soudan, en plus du projet Camera Station, International Space, ainsi que l’hôte de l’Agence spatiale africaine en Égypte, et l’université satellite éducative Space Keys, qui est la plate-forme éducative et centrale du laboratoire d’innovation spatiale dans le domaine de l’ingénierie et facultés des sciences, qui ont accepté d’envoyer cinq satellites éducatifs dans des pays africains, le Kenya, l’Ouganda, le Nigéria, le Ghana et le Soudan.

Il convient de noter que l’Agence spatiale égyptienne est l’autorité économique publique de l’Égypte, constituée et affiliée au président de la République, créée en vertu de la loi n°. 3 de 2018 ; Elle vise à développer et à transférer les connaissances des technologies spatiales, à les localiser et à les développer, et dispose de sa propre capacité à construire des satellites et à les lancer depuis le territoire égyptien.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.