Le Canada devrait refuser d’extrader Hassan Diab vers la France, selon des partisans

Les partisans d’Hassan Diab demandent au Premier ministre Justin Trudeau de rejeter les nouvelles tentatives de la France de l’extrader pour qu’il soit jugé – et de pousser les procureurs français à abandonner toutes les accusations de terrorisme contre l’universitaire d’Ottawa.

L’affaire de la France contre Diab dans le cadre de l’attentat à la bombe devant une synagogue parisienne il y a 40 ans sera jugée l’année prochaine – plus de cinq ans après l’acquittement de Diab faute de preuves.

Les autorités françaises n’ont pas demandé l’extradition de Diab vers la France pour un procès en personne. L’avocat de Diab a déclaré qu’il pourrait être jugé par contumace.

« Cela montre que les intérêts politiques et la nécessité de trouver des boucs émissaires pour les attentats sont plus importants que la justice. Et le silence de notre propre gouvernement aggrave la situation », a déclaré Jo Wood du réseau de soutien Hassan Diab.

« Nous craignons qu’il y ait un verdict de culpabilité en France et que le gouvernement canadien accepte l’extradition, cette fois sans retour. »

L’année dernière, une cour d’appel française a annulé une décision d’un tribunal inférieur qui avait acquitté Diab et lui avait permis de rentrer au Canada. Le plus haut tribunal de France a ensuite rejeté l’appel de Diab et lui a ordonné de subir son procès. Le procès débutera le 3 avril 2023.

« Irréel et embarrassant »

Chantalle Aubertin, porte-parole du ministre de la Justice David Lametti, a déclaré qu’il serait « inapproprié de spéculer sur une éventuelle demande d’extradition du Dr Diab vers la France ».

« Le Canada est un pays de droit où l’extradition est guidée par la Loi sur l’extradition, les traités internationaux et la Charte canadienne des droits et libertés », a-t-il ajouté dans une déclaration écrite à CBC News.

Les procureurs français ont persisté dans leurs efforts pour traduire Diab en justice malgré de graves problèmes avec les preuves matérielles au centre de leur affaire et la découverte par les enquêteurs français que Diab n’était même pas à Paris le jour des attentats. Diab était au Liban à l’époque, passant des examens universitaires.

Alex Neve, ancien secrétaire général d’Amnesty International Canada, a qualifié le rejet par la France de l’alibi de Diab et de son cas boiteux de « réel et honteux ».

« Les preuves atténuantes, soigneusement étudiées et confirmées par un juge français, montrent clairement qu’il n’était pas et n’aurait pas pu être sur le site de cette horrible attaque », a-t-il déclaré. « La politique qui motive cela, pas la justice, pas l’état de droit. »

Le procureur général français – un juriste principal qui offre des conseils dans le système judiciaire français – s’est rangé du côté de l’équipe de défense de Diab lors de l’audience d’appel et a plaidé pour sa libération.

Mais la libération de Diab s’est heurtée à l’opposition de plus de 20 groupes de la société civile en France, dont des groupes représentant les victimes du terrorisme et des organisations pro-israéliennes.

Accusations et extradition

Le professeur de l’Université d’Ottawa a été accusé par les autorités d’avoir participé à l’attentat de la rue Copernic en 1980, qui a fait quatre morts et plus de 40 blessés.

Il a été arrêté par la GRC en novembre 2008 et placé sous de strictes conditions de libération sous caution jusqu’à son extradition vers la France en 2014. Il a passé plus de trois ans en prison en France avant que l’affaire contre lui ne tombe.

Il a été libéré en janvier 2018 après que deux juges français ont jugé que les preuves contre lui n’étaient pas suffisamment solides pour être traduites en justice. Il n’a jamais été formellement inculpé.

Les pompiers se tiennent près de l’épave de voitures et de motos après un attentat à la bombe contre une synagogue de Paris le 3 octobre 1980 qui a tué quatre personnes. (AFP/Getty Images)

Les procureurs français ont immédiatement fait appel de la libération de Diab – le poursuivant après que la dernière preuve physique restante liant Diab à l’attentat à la bombe ait été discréditée par les experts français eux-mêmes.

« La France a renoncé à toute prétention de dire qu’il y avait de la bonne foi dans cette affaire », a déclaré Rob Currie, professeur à la Schulich School of Law de l’Université Dalhousie.

« Jusqu’à présent, je dirais, personnellement, que la France n’est pas un bon partenaire d’extradition pour le Canada. »

L’affaire avance lentement alors que les procureurs tentent de trouver de nouvelles preuves contre Diab et que le litige est retardé par la pandémie.

Preuve discréditée

La principale preuve physique sur laquelle le Canada s’est appuyé pour extrader Diab vers la France était une analyse d’écriture reliant l’écriture de Diab à celle du kamikaze présumé. Les avocats du gouvernement canadien agissant au nom de la France l’ont qualifié d ‘ »arme à feu » lors de l’audience d’extradition.

Mais en 2009, l’équipe juridique de Diab a produit des rapports contradictoires de quatre experts internationaux en écriture. Ces experts ont remis en cause les méthodes et les conclusions des experts français. Ils ont également prouvé que certains des échantillons d’écriture utilisés par les analystes français n’appartenaient pas à Diab mais appartenaient à son ex-femme.

Les juges d’instruction français ont rejeté les preuves manuscrites comme non fiables lorsqu’ils ont ordonné la libération de Diab en janvier 2018.

Alors qu’il examinait un recours contre la libération de Diab, un autre juge français a ordonné un examen indépendant des preuves manuscrites controversées.

L’avocat de Diab a déclaré que cette dernière critique véhiculait « des critiques et des reproches virulents » à l’encontre de l’analyse manuscrite originale du « miroir ».[s] critiques de la défense lors d’une audience d’extradition il y a 10 ans. »

Un juge français affirme que Diab a un alibi

Le juge d’instruction français qui a libéré Diab a également découvert qu’il avait un alibi pour le jour des attentats de Paris. À l’aide de dossiers universitaires et d’entretiens avec des camarades de classe de Diab, le juge d’instruction a conclu qu’il était « probablement au Liban » pour passer l’examen lorsque l’attentat à la bombe à l’extérieur de la synagogue s’est produit.

« Il est probable qu’Hassan Diab était au Liban en septembre et octobre 1980… et donc peu probable qu’il soit la personne… qui a ensuite posé la bombe rue Copernic le 3 octobre 1980 », écrivent-ils.

En 2018, CBC News a confirmé que la France était au courant – et n’a pas divulgué – les preuves d’empreintes digitales qui ont finalement joué un rôle clé dans la libération de Diab.

Depuis sa libération, Diab vit avec sa femme et ses deux enfants à Ottawa. Il a repris le travail en tant que chargé de cours à temps partiel.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.