Le boom de l’économie spatiale indienne est arrivé

Lorsque les fusées, les satellites et les engins spatiaux vont audacieusement là où aucun homme (ou femme) n’a jamais été, les économistes peuvent-ils ne pas suivre le rythme ? À mesure que l’activité liée à l’espace a augmenté, les efforts pour mesurer l’économie spatiale ont augmenté en quantité et en qualité. Un article récent rédigé par des chercheurs du Center for Development Studies et de l’Indian Institute of Space Science and Technology, tous deux basés dans la capitale Kerala, a tenté de nommer la contribution du secteur spatial à l’économie indienne et a abouti à ~36 794 crores, soit 0,23 % du PIB. Cela peut sembler peu, mais les chiffres sont peut-être trop bas. Il s’agit d’un secteur économique important qui connaîtra une croissance plus rapide que la plupart des autres secteurs et cette prévision initiale est la bienvenue, comme un premier pas vers une bonne maîtrise de l’impact réel du secteur aérospatial sur l’économie indienne.

Lorsqu’il s’agit d’estimer la valeur ajoutée économique totale ou le produit intérieur brut, il est important de garder deux choses à l’esprit. Il existe un élément d’arbitraire raisonnable dans ces estimations, qui peuvent subir des modifications importantes en fonction des évolutions méthodologiques. Il y a deux types d’arbitraire. L’une d’entre elles concerne l’inclusion/exclusion de certains services. Parce que les étudiants en comptabilité du revenu national ont été enseignés pendant des siècles, si toutes les femmes au foyer faisaient le même travail que chez leurs voisins et facturaient des frais pour le service, le revenu national grimperait soudainement, sans activité totale ni activité propre. les revenus des ménages augmentent. De nombreux pays débattent de l’opportunité d’inclure ou non le revenu des prostituées dans le revenu national – les pays qui l’incluent, comme le Royaume-Uni, voient leur PIB dépasser la production des pays qui ne le font pas, comme la France.

Un autre élément d’arbitraire découle de l’incapacité d’attribuer des chiffres précis à la valeur de certaines choses. Il y a plusieurs années, les employés du gouvernement se sont mis en grève pendant 21 jours dans le Bihar. En termes d’impact réel sur la société et l’économie, on en voit très peu. Cela amènerait les gens à s’interroger sur la valeur des services rendus par les fonctionnaires de l’État. Cependant, la valeur de leurs services est additionnée à la valeur totale des salaires des fonctionnaires. Cependant, une fonction publique qui fonctionne bien et qui assure une administration efficace peut ajouter une énorme valeur économique en permettant aux choses de se dérouler sans heurts. Cette valeur ou son absence n’est pas incluse dans la comptabilité du revenu national. La valeur de la recherche Google, gratuite pour la personne effectuant la recherche, n’est pas non plus capturée. Il en va de même pour les différents services qui prennent en charge l’espace. Quel est l’intérêt de géolocaliser une photo ou un chauffeur se rendant à destination à l’aide de Google Maps, un service qui s’appuie sur le satellite Global Positioning System de l’agence de défense américaine ?

Même en tenant compte de ces réserves, il faut saluer cette première estimation de la taille de l’économie spatiale. Ses trois principales composantes sont la fabrication d’équipements liés à l’espace (satellite, lanceurs et équipements auxiliaires), les opérations spatiales (opérations de lancement, surveillance spatiale, poursuite, location, courtage, etc.), téléphone satellite, télédétection, etc.). Les innovations liées à l’espace sont un autre segment important. Alors que le programme spatial de l’Inde s’appuie principalement sur une technologie développée dans le pays, il doit encore générer de nombreux brevets qui génèrent un flux régulier de redevances, pour la simple raison que l’Organisation indienne de recherche spatiale, l’entité du secteur public qui a dirigé les efforts de l’Inde dans le domaine de l’aérospatiale pour protéger de sorte que la technologie qu’elle développe est propriétaire, en tant que secret commercial non breveté. Bien que plusieurs entreprises du secteur privé aient été associées au programme spatial indien depuis sa création, elles se sont également concentrées sur l’ingénierie de précision plutôt que sur l’innovation révolutionnaire.

Plus de 70 % de cette économie spatiale provient des applications spatiales, qui concernent les communications et les services DTH. La fabrication représente environ 4 % et les opérations spatiales, le reste. Tout cela est sur le point de changer, radicalement. D’une part, les politiques ont changé pour encourager la participation du secteur privé au développement lié à l’espace. L’Inde compte 26 startups dans les technologies et services spatiaux, la plupart basées à Bangalore. L’Internet par satellite devrait décoller à grande échelle, avec l’arrivée de satellites en orbite terrestre basse faisant rebondir leurs signaux les uns sur les autres jusqu’à ce qu’ils atteignent des satellites bien positionnés pour les relayer vers leur station terrienne prévue. Les satellites en orbite terrestre basse sont suffisamment proches de la planète Terre pour éviter les décalages qui disqualifient les services Internet par satellite géostationnaire, où les signaux doivent parcourir 35 786 km dans un sens et dans l’autre. Le satellite en orbite basse du service Internet Starlink d’Elon Musk est quant à lui placé à 550 km au-dessus de la terre.

L’élimination des débris spatiaux deviendra un service clé, car le nombre de satellites encerclant notre planète augmente rapidement – One Web, dont Bharti Airtel est le principal actionnaire, Starlink et le projet Kuiper d’Amazon enverront des milliers de satellites en orbite pour la connectivité Internet. Cependant, les pays africains et arabes qui n’ont peut-être pas la capacité de construire des fusées conçoivent des satellites et les lancent par les principaux pays qui voyagent dans l’espace, afin d’augmenter la population de satellites. L’espace est un autre champ de bataille, où la destruction de quelques satellites pourrait donner à l’un un avantage majeur sur l’autre. Ainsi, les satellites seront endommagés, brisés, entreront en collision ou créeront le chaos dans le ciel, nettoyant que les humains ne pourront pas laisser à l’opportunité divine, pour éviter d’endommager les satellites sains.

La Russie a peut-être lancé la course à l’espace, avec le lancement de Spoutnik en 1957, mais l’Amérique a désormais une nette avance. Il convient que l’Amérique prenne l’initiative de créer le compte spatial pour inclure les activités économiques liées à l’espace dans le calcul du revenu national. Le Royaume-Uni et l’OCDE ont également conçu leurs propres méthodes.

L’Inde devrait investir davantage dans l’espace. Cette étude préliminaire montre que l’économie spatiale de l’Inde s’est contractée, par rapport au PIB total, au cours des dernières années. L’espace est essentiel pour les capacités militaires, la télédétection avancée avec radar à synthèse d’ouverture et la fiabilité de la connectivité des données. L’Inde a besoin de plus de startups aérospatiales, de plus d’investissements privés et d’une commercialisation plus agressive par l’ISRO de sa propre technologie développée, pour permettre à l’économie spatiale indienne de prospérer.

S’abonner Bulletin de la Monnaie

* Entrer une adresse email valide

* Merci de vous être inscrit à notre newsletter.

Téléchargez l’application pour obtenir 14 jours d’accès illimité à Mint Premium tout à fait gratuitement !

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.