L’avenir incertain d’Emmanuel Macron après les élections françaises

Emmanuel Macron a fait un sacré tour ces dernières semaines. En avril, il a remporté une victoire retentissante de 17 points sur l’opposition d’extrême droite vétéran Marine Le Pen pour assurer un deuxième mandat de cinq ans en tant que président français. Puis, le 19 juin, son alliance politique subit une défaite historique aux élections législatives. Son bloc a besoin de 289 sièges pour avoir la majorité à l’Assemblée nationale. Avec seulement 245 places, l’Ensemble ! l’alliance ne s’est pas rapprochée.

C’est la première fois depuis les élections françaises de 1988 que le parti vainqueur n’obtient pas la majorité des sièges. Même dans ce cas, le socialiste François Mitterrand était suffisamment proche pour que son gouvernement ait pu obtenir le soutien de plusieurs députés de l’opposition pour des projets de loi clés au cas par cas. Ce chemin sera beaucoup plus difficile pour Macron avec plus de législateurs à convaincre. Peu importe que des négociations détaillées et des compromis ne conviennent jamais à un président qui n’a pas à faire beaucoup de marchandage au cours de sa vie politique.

En bref, Macron a été élu pour diriger, mais les électeurs ne lui ont pas donné assez de représentants pour suivre. La France entre aujourd’hui dans une période d’incertitude politique.

Il n’y a pas que Macron qui devra faire face à une opposition féroce à l’Assemblée de la gauche comme de la droite. Même le bloc d’opposition peut se briser en morceaux. La plus grande alliance d’opposition est composée de camarades politiques queers de gauche réunis pendant la campagne par l’agitateur politique Jean-Luc Mélenchon, qui veut maintenir le groupement lâche des Verts, socialistes, communistes et autres – qui a remporté 131 sièges en juin – dans le cadre d’un bloc électoral stable. Mais les intérêts de ces partis semblent trop divers pour cela.

Macron devrait solliciter un soutien limité des conservateurs Les Républicains (LR), qui détiennent 64 sièges à l’Assemblée. Mais LR a aussi sa propre division. Il y a suffisamment de centristes dans le parti qui partagent les vues de Macron sur la réduction des impôts et des dépenses de l’État pour soutenir son programme de réforme. Mais la plupart des députés LR penchent désormais davantage vers la droite nationaliste, et beaucoup dans cette faction veulent s’opposer aux idées de réforme pro-UE et pro-entreprises de Macron. Le leader par intérim de LR, Christian Jacob, a exclu tout projet de rejoindre l’Ensemble ! dans une coalition officielle. Au lieu de cela, il a promis une « opposition constructive ». Le LR élira un nouveau chef cet automne, et pour éviter de perdre plus de membres et d’électeurs au profit du Rassemblement national Le Pen d’extrême droite, hostile à l’Union européenne, il est possible que le nouveau chef oriente le parti plus à droite. Le gouvernement français ne sera pas complètement paralysé. En période de difficultés économiques, beaucoup soutiendront de nouvelles dépenses pour aider les électeurs à traverser la tempête économique en augmentant les subventions de l’État pour contrôler les prix de l’électricité et du carburant. Et bien que la gauche et la droite expriment leur hostilité aux sanctions contre la Russie et au soutien militaire à l’Ukraine, il y a suffisamment de députés parmi les centristes et les Verts pour continuer à soutenir les plans de Macron.

Mais un programme de réforme à long terme destiné à rendre la France plus compétitive sur le plan économique est presque impossible à adopter. Macron ne peut qu’espérer que plusieurs mois d’âpres luttes politiques fatigueront les électeurs français et qu’au printemps suivant, il pourra dissoudre l’Assemblée et convoquer de nouvelles élections. Mais pour l’instant, il est difficile d’imaginer ce qui pourrait changer dans les prochains mois pour pousser davantage d’électeurs vers le renforcement de Macron.

Plus d’histoires incontournables de TIME


Nous contacter à letter@time.com.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.