L’Arabie saoudite, la Malaisie et la Chine ont les taux de dépendance aux smartphones les plus élevés | science et technologie | zad jordan nouvelles

zad jordan news –

Le nombre d’utilisateurs de smartphones augmente dans le monde entier, ce qui signifie plus de temps d’utilisation. D’un autre côté, il existe très peu de recherches dans le monde qui traitent de la question de la dépendance aux appareils.

Selon un rapport du journal britannique « Daily Mail », des chercheurs canadiens ont mené une analyse statistique combinant plusieurs études scientifiques sur l’utilisation problématique des smartphones, en mettant l’accent sur les jeunes. Les résultats montrent que l’utilisation problématique des smartphones est en augmentation dans le monde.

La Chine, l’Arabie saoudite et la Malaisie ont les taux d’utilisation des smartphones les plus élevés, tandis que l’Allemagne et la France ont les taux d’utilisation des smartphones les plus bas.

Des chercheurs de l’Université McGill à Montréal, au Canada, ont utilisé des données sur l’utilisation des smartphones entre 2014 et 2020 pour près de 34 000 participants de 24 pays à travers le monde.

Le Royaume-Uni est classé 16e sur 24 pays, tandis que les États-Unis sont classés 18e.

« L’utilisation de smartphones problématiques a augmenté dans le monde entre 2014 et 2020, et nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive », ont poursuivi les chercheurs.

L’équipe a examiné 81 études publiées précédemment sur l’utilisation du téléphone chez les adolescents et les jeunes adultes, toutes basées sur l’échelle de dépendance au smartphone (SAS).

Le Smartphone Addiction Scale est la mesure de dépendance au smartphone la plus largement utilisée, pour enquêter sur l’utilisation du smartphone en relation avec les perturbations de la vie quotidienne, la perte de contrôle et les symptômes de sevrage.

L’âge des participants variait de 15 à 35 ans (car ils avaient tendance à passer plus de temps devant les écrans et avaient les taux de possession de smartphone les plus élevés), bien que l’âge moyen global soit de 28,8 ans et que la majorité des participants soient des femmes (60 % ).

Les chercheurs ont attribué à chaque pays un score pour l’utilisation problématique des smartphones, allant de 10 à 60. La Chine s’est classée en tête, avec un score de 36 sur 60.

L’Iran se classe sixième avec un score de 31,52, et le Canada (basé sur un échantillon prélevé à l’Université McGill) a également un taux très élevé, puisqu’il se classe septième, suivi de la Turquie à la huitième place et de l’Égypte avec un score de 29,54 sur 60. .

L’Iran s’est classé sixième, le Canada s’est classé septième, la Turquie s’est classée huitième et l’Égypte (Shutterstock)
Les chercheurs pensent qu’une explication possible des différences peut être due aux différentes normes sociales et attentes culturelles entourant l’importance de rester connecté régulièrement via les smartphones.

Les pays qui ont le moins de problèmes avec l’utilisation des smartphones, l’Allemagne et la France, sont « individuellement et culturellement séparés », ils peuvent donc ne pas avoir de telles normes.

Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que l’utilisation problématique des smartphones augmente dans le monde, ce qui peut avoir des « conséquences psychologiques ».

« Parce que les organisations suivent des mesures objectives, telles que la possession d’un smartphone et le temps d’écran, il est également important d’évaluer les aspects subjectifs et les conséquences psychologiques de cette prévalence », concluent les chercheurs.

L’équipe espère que les résultats aideront les chercheurs et les décideurs politiques à identifier et à prévoir l’utilisation problématique des smartphones dans le monde.

L’équipe a également récemment lancé un site Web permettant au public d’évaluer sa dépendance au smartphone par rapport à d’autres dans le monde.




Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.