L’Allemagne, la France et la Pologne « s’unissent » pour éviter la guerre en Europe

Nos lecteurs sont des utilisateurs d’Instagram
Vous pouvez désormais suivre gratuitement les dernières actualités via notre compte Instagram
Cliquez ici pour vous abonner

Berlin: La France, l’Allemagne et la Pologne ont insisté sur le fait qu’elles étaient « unies » pour « éviter le déclenchement d’une guerre en Europe », lors de la tournée diplomatique du président français Emmanuel Macron, qui l’a conduit mardi soir à Berlin après avoir visité Moscou et Kiev.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré mardi que Berlin était « unie » à Paris et Varsovie dans le but de maintenir la paix en Europe, tandis que le président polonais Andrzej Duda a souligné qu’éviter la guerre en Europe était possible.

La rencontre a eu lieu à Berlin, où Schulz a rencontré les présidents polonais et français, au bout de deux jours où Macron s’est rendu à Kiev et à Moscou.

« Nous devons trouver une solution pour éviter la guerre. Comme je l’ai dit, c’est notre tâche principale. Je pense que nous y parviendrons », a déclaré Duda, tandis que Macron a souligné la nécessité de « trouver des voies et moyens communs pour s’engager dans une résolution ferme ». dialogue avec la Russie », soulignant qu’il s’agit de la « seule action » pour ramener la paix en Ukraine.

Moscou fait pression sur Kiev pour qu’elle fasse des concessions aux rebelles soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine, qui combattent les forces régulières depuis 2014 dans un conflit qui a tué plus de 13 000 personnes.

A Kiev, Macron, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, a annoncé avoir pris à l’Ukraine et à la Russie une « double promesse » d’honorer l’accord de paix de Minsk de 2015 sur le conflit dans l’est de l’Ukraine.

tension

« Nous ne pouvons pas sous-estimer le moment de tension que nous vivons », a déclaré Macron lors d’une conférence de presse conjointe après ses entretiens avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Nous ne pouvons pas résoudre cette crise en discutant pendant quelques heures. Les jours, semaines et mois à venir nous permettront d’avancer.

Le président français a réitéré qu’il voyait la possibilité d’aller de l’avant pour réduire les tensions avec la Russie au sujet de l’Ukraine.

Mardi, Macron a confirmé qu’il n’avait obtenu de son homologue russe, Vladimir Poutine, lors de leurs entretiens, « aucun recul ni escalade » dans la crise entre la Russie et l’Occident au sujet de l’Ukraine.

À son tour, Zelensky a exprimé l’espoir que la réunion des hauts fonctionnaires de jeudi à Berlin ouvrira la voie à un sommet qui réunira les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne dans le but de relancer un plan de paix gelé.

Macron est le premier chef d’État occidental à rencontrer Poutine depuis l’escalade des tensions en décembre. Le chancelier allemand Olaf Scholz rencontrera à son tour Poutine à Moscou le 15 février, après une escale également à Kiev.

Poutine, qui a exigé de larges garanties de sécurité de l’OTAN et des États-Unis, a déclaré après ses entretiens avec Macron que Moscou « fera tout ce qui est en son pouvoir pour trouver un compromis qui convienne à toutes les parties ».

Il a noté que les propositions de Macron pourraient « former la base de mesures supplémentaires » vers l’apaisement de la crise liée à l’Ukraine, sans fournir de détails.

Mais il n’a pas précisé quelles mesures il souhaitait prendre concernant les dizaines de milliers de soldats russes stationnés à la frontière ukrainienne.

Poutine a de nouveau condamné le refus des pays occidentaux d’accepter les conditions pour arrêter l’expansion de l’OTAN vers l’Est et retirer ses troupes et ses installations militaires d’Europe de l’Est, niant qu’il menace l’Ukraine.

Et la présidence française a annoncé que Poutine avait accepté de discuter des propositions faites par Macron.

L’Elysée a également fait référence aux promesses des deux parties « de ne pas lancer de nouvelles initiatives militaires, qui se prépareront à contenir l’escalade ».

Lundi, Kiev a identifié trois « lignes rouges » qu’elle a déclaré ne pas franchir pour parvenir à une solution : ne faire aucune concession sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ne pas s’engager dans des pourparlers directs avec les séparatistes et ne permettre aucune ingérence. dans sa politique étrangère.

Sur le plan militaire, la Russie s’est engagée à retirer ses troupes déployées en Biélorussie dans le cadre d’exercices militaires qui se sont terminés en février.

« Personne n’a dit que les troupes russes resteraient en Biélorussie », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peksov.

Mardi, Moscou a continué de renforcer ses forces près de l’Ukraine et a annoncé que six navires de guerre étaient en route de la Méditerranée vers la mer Noire pour participer à une manœuvre navale internationale précédemment programmée.

D’autre part, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, a déclaré aux chaînes de télévision locales que Kiev prévoyait de mener ses propres exercices, en utilisant des missiles anti-artillerie fournis par des drones de combat occidentaux et turcs, en réponse aux exercices russo-biélorusses.

Les États-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont envoyé des renforts militaires en Europe.

La première vague de 100 soldats américains est arrivée en Roumanie.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.