L’accord mondial sur la fiscalité numérique pourrait ne pas être prêt avant début 2024, selon le ministre français des Finances

Le ministre des Finances Bruno le Maire arrive avant une réunion avec le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi à l’Elysée à Paris, France le 4 mai 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 24 mai (Reuters) – L’accord mondial sur la fiscalité numérique pourrait ne pas être prêt avant fin 2023 ou début 2024, a déclaré mardi le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, marquant un retard important dans la mise en œuvre des réformes.

L’accord, que les responsables s’attendent à signer d’ici le milieu de cette année, vise à réattribuer les droits de taxation des grands groupes numériques comme Apple et Google aux pays où se trouvent les clients finaux.

Il s’agit du premier des deux piliers d’une refonte majeure des règles d’imposition transfrontalière qui comprend également un plan global d’imposition des sociétés d’au moins 15 % pour les grandes entreprises multinationales.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« En ce qui concerne le pilier I – la fiscalité numérique – nous ne perdrons pas nos efforts pour convaincre la communauté internationale et les membres de l’OCDE de faire de leur mieux pour parvenir à un consensus dans les mois à venir », a déclaré Le Maire après avoir pris les devants. Réunion des ministres des Finances de l’Union européenne à Bruxelles.

« Peut-être fin 2023, peut-être début 2024, le point principal est une refonte complète du système fiscal international », a ajouté Le Maire.

Près de 140 pays ont convenu en octobre dernier de réécrire les règles de fiscalité internationale pour la première fois depuis une génération, en fixant une date limite de mise en œuvre à 2023.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Sudip Kar-Gupta et Leigh Thomas, édité par Louise Heavens

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.