laboratoire international dédié à l’intelligence artificielle démarre à Montréal | Rédaction

Le centre montréalais rassemble les forces des universités McGill, TS, Mila, CNRS, Université Paris-Saclay et CentraleSupélec

Un consortium d’organismes de recherche s’est réuni pour former un nouveau Laboratoire international de recherche (IRL) axé sur l’intelligence artificielle (IA) à Montréal. Le nouveau centre regroupe l’Université McGill, l’École de technologie supérieure (ÉTS), l’AI Institute Mila – Québec, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) France, l’Université Paris-Saclay et l’École CentraleSupélec. Ce déménagement confirme le statut de Montréal comme chef de file en IA.

Bien que de grands progrès aient été réalisés récemment dans le domaine de l’IA, il existe toujours un besoin urgent de nouvelles connaissances théoriques pour mieux comprendre non seulement la capacité de cette nouvelle technologie, mais également la manière dont elle atteint ses résultats. L’ILLS se concentrera sur cinq thèmes de recherche principaux : les aspects fondamentaux de l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique séquentiel (en temps réel), les systèmes autonomes robustes, le traitement du langage naturel et de la parole, et les applications pour la vision par ordinateur, la signalisation et le traitement de l’information.

De plus, le nouveau centre mettra l’accent sur la collaboration interdisciplinaire dans le but de développer de nouvelles méthodologies et d’intégrer ces techniques dans les systèmes d’apprentissage.

« Ce nouveau laboratoire souligne le leadership mondial de Montréal en IA », a déclaré Benoit Boulet, vice-principal associé, Recherche et innovation à l’Université McGill. « Il s’agit d’un centre de premier plan avec un bassin de talents de plus en plus important, et les chercheurs et étudiants de McGill sont intégrés à tous les niveaux de cette activité. Cette nouvelle initiative offrira à nos chercheurs la possibilité de faire des découvertes encore plus révolutionnaires.

« L’expertise de TS en IA comprend plusieurs laboratoires et chaires de recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle. Cette collaboration entre la France et le Québec permet d’innover et d’approfondir la recherche en IA, une discipline transversale dont nous pouvons tirer parti dans de nombreux domaines, dont la santé, l’environnement artificiel, la robotique et l’Internet des objets. TS est donc fier d’accueillir le nouveau centre ILLS dans son établissement », a déclaré Christian Casanova, Directeur de la Recherche et des Partenariats chez TS.

« A travers ses outils collaboratifs internationaux, le CNRS soutient les projets de recherche communs de pointe les plus prometteurs. Un nouveau laboratoire de recherche international rassemble un solide réseau de chercheurs français et québécois pour faire avancer les connaissances et les applications en IA. Pour le CNRS, ce nouveau laboratoire est aussi l’occasion de renforcer plus largement ses liens avec l’ensemble de la communauté canadienne de l’IA », a déclaré Antoine Petit, président-directeur général du CNRS.

« L’IA à Paris-Saclay, c’est près de 1 000 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens et une quarantaine de laboratoires, regroupés au sein de notre Institut DataIA. Nous apporterons notre contribution à l’ILLS sous forme de mobilité de chercheurs, incluant l’admission de collègues canadiens à Paris-Saclay, l’accueil de stagiaires en formation de Master, notamment le financement de thèses/entre autres. L’Université Paris-Saclay est honorée et fière de s’associer à cette cérémonie de signature pour la création de l’IRL ILLS et d’en assurer la co-tutelle » a ajouté Michel Guidal, Vice-Président Recherche Sciences et Ingénierie de l’Université Paris-Saclay.

« L’ILLS, issu d’une union internationale sans précédent, offre un potentiel unique d’avancées dans le domaine de l’IA. C’est un honneur pour CentraleSupélec de participer avec nos prestigieux partenaires à ce laboratoire. Soutenu par cette recherche, notre enseignement sera à la pointe mondiale en matière d’IA », a ajouté Romain Soubeyran, directeur de CentraleSupélec.

ILLS rejoindra le secteur en plein essor de l’intelligence artificielle (IA) à Montréal, qui a attiré un autre investissement majeur du gouvernement et des entreprises au cours des dernières années. En conséquence, la ville devient l’un des principaux centres mondiaux dans ce domaine, avec environ 27 000 travailleurs dans les domaines technologiques liés à l’IA et plus de 14 000 étudiants de niveau postsecondaire inscrits à des cours liés à l’IA.

L’ILLS est le dernier laboratoire à être lancé au Canada, plus précisément au Québec. En 2014, le CNRS et le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologie (FRQNT) ont signé une lettre d’intention pour soutenir et promouvoir la tradition établie de coopération scientifique entre la France et le Québec. Cette collaboration a donné lieu à deux laboratoires de recherche internationaux au Québec, ainsi qu’à d’autres activités de recherche conjointes à travers la province. Le CNRS a également mis en place trois autres IRL au Canada en partenariat avec d’autres institutions.

Étaient présents à la cérémonie de signature : Frédéric Sanchez (Consul général de France), Rémi Quirion (Directeur scientifique Québec), Antoine Petit (CNRS), Suzanne Fortier (Université McGill), François Gagnon (ETS), Michel Guidal (Université Paris-Saclay ), Franck Richecoeur (École CentraleSupélec) et Laurence Beaulieu (Mila).

À propos de l’Université McGill

Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l’Université McGill est la meilleure université doctorale en médecine au Canada. McGill est régulièrement classée parmi les meilleures universités, tant au niveau national qu’international. C’est un établissement d’enseignement supérieur de renommée mondiale avec des activités de recherche couvrant trois campus, 11 facultés, 13 écoles professionnelles, 300 programmes d’études et plus de 39 000 étudiants, dont plus de 10 400 étudiants diplômés. McGill attire des étudiants de plus de 150 pays à travers le monde, ses 12 000 étudiants internationaux représentant 30 % du corps étudiant. Plus de la moitié des étudiants de McGill déclarent avoir une langue maternelle autre que l’anglais, dont environ 20 % de nos étudiants qui disent que le français est leur langue maternelle.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.