La victoire de Macron soulage les chercheurs français


Crédit : Nathan Laine/Bloomberg/Getty

Les scientifiques français ont été encouragés par la victoire convaincante du président Emmanuel Macron sur la candidate d’extrême droite Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle nationale du 24 avril. Les chercheurs craignent que les politiques anti-immigration et anti-UE du parti du Rassemblement national de Le Pen sapent la recherche et la coopération internationales. Mais certains scientifiques disent que, bien qu’il soit leur candidat préféré des deux, on ne sait pas encore comment le second mandat de Macron pourrait bénéficier à la recherche car sa politique manque de concentration.

« Les chercheurs français sont presque unanimes contre Le Pen, mais ils s’inquiètent de ce que Macron va faire pour la recherche et l’enseignement supérieur dans les cinq prochaines années », a déclaré Patrick Lemaire, biologiste à l’université de Montpellier et président de l’alliance des 69 Français. savants. associations communautaires et de proximité. « La vision de Macron est à court terme et utilitaire – il se concentre sur les affaires plutôt que sur la connaissance », a-t-il déclaré.

Lemaire était très préoccupé par le manque de précision de Macron dans ses plans pour la science. « Lors du face-à-face avec Le Pen, Macron a donné beaucoup de chiffres sur beaucoup de sujets, mais son programme pour la science est resté très vague », a-t-il ajouté. « Pour lui, augmenter l’attractivité d’une carrière universitaire ne signifie qu’augmenter les salaires. Il n’a jamais parlé du manque de postes universitaires permanents dans les universités et les organismes de recherche, ce qui était une énorme frustration pour les jeunes scientifiques en herbe.

Macron a remporté son deuxième quinquennat avec 58,5 % des voix contre 41,5 % pour Le Pen au dernier tour ; le couple était en tête de liste parmi 12 candidats lors du premier tour des élections du 10 avril. L’avance de Macron dans les sondages s’est fortement refermée vers la fin de la campagne, rendant plus probable que jamais une victoire du Rassemblement national.

La victoire de Le Pen « serait très dangereuse pour la démocratie », a déclaré Cédric Villani, médaillé Fields 2010 en mathématiques et député indépendant qui quittera la présidence de la commission parlementaire mixte science et technologie. Il s’inquiète d’éventuels projets, évoqués par Macron dans un discours de janvier, de donner aux universités une autonomie totale vis-à-vis des autorités, ce qui pourrait nuire aux organismes nationaux de recherche, tels que le CNRS, l’institut de recherche biomédicale INSERM, et l’agriculture et l’environnement. Agence IRAE.

« Ce n’est pas une bonne idée », a déclaré Villani, qui était autrefois membre du parti La République en marche de Macron !, mais qui est parti en 2020 et envisage de rejoindre l’un des partis écologistes nationaux. « Les réformes des 10 dernières années sont nécessaires, mais impliquent un débat approfondi et une perte d’énergie, et je crains qu’il n’y en ait plus si l’autonomie des universités va trop vite. »

La science a été à peine mentionnée pendant la campagne électorale. Mais le sujet de l’écologie a retenu l’attention dans le discours de Macron à Marseille le 16 avril, où il a promis de confier au Premier ministre la responsabilité de l’aménagement écologique, assisté d’un ministre de l’énergie et d’un ministre de l’écologie territoriale. Macron a déclaré que la France serait le premier grand pays à cesser d’utiliser le gaz, le pétrole et le charbon, et a renforcé son message dans son discours de victoire, affirmant que son objectif était de faire de la France un « grand pays écologique ».

Villani a déclaré que lui et ses collègues étaient sceptiques quant à savoir si Macron tiendrait ses « grandes promesses » de réduire les gaz à effet de serre et de s’attaquer à d’autres problèmes écologiques. Le président a reçu un fort soutien public pour prendre des mesures environnementales radicales au cours des cinq dernières années, mais n’a pas agi en conséquence, a déclaré Villani. Villani prévoit de se présenter comme candidat vert aux élections législatives de juin, ce qui pourrait avoir un impact significatif sur la science et d’autres politiques si la composition du parlement change.

L’Académie française des sciences a déclaré dans un communiqué le 25 mars qu’elle était « inquiète du déclin » de la science française au cours des 15 dernières années. L’Académie a formulé 23 recommandations pour inverser le déclin, notamment pour que le gouvernement augmente les dépenses de recherche publiques et privées à 3% du produit intérieur brut (PIB). « Il y a eu une perte de confiance dans la science », a déclaré Lemaire. « Nous devons repenser la relation entre le monde universitaire et la société et continuer à améliorer l’intégrité scientifique. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.